logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
LAPIE, Armand, Denis, Célestin
Né le 26 avril 1865 à Saint Ermes (Aisne)- mort le 30 mai 1940 - Libraire – Paris – Londres - Lausanne
Article mis en ligne le 7 novembre 2011
Dernière modification le 24 septembre 2018

par R.D.

Ancien gérant du Père Peinard où en décembre 1893 il avait remplacé Delalé emprisonné, Armand Lapie, étail le fils du militant blanquiste Alcindor Lapie mort accidentellement lors de l’explosion de son atelier de fabrication de bombes pendant le siège de Paris. A la suite de la parution du numéro du 30 décembre 1893, il fut l’objet le 31 , comme Pouget, d’un man dat d’amener pour "apologie de crimes". En fuite il s’était réfugié à Londres où à partir de 1894 il habita 30 Goodge Street. Fin 1894 il semblait demeurer chez le compagnon italien illégaliste César Cova à Sherperd’s Bish, puis en 1896 dans l’ouest de Londres à Ravenscourt Park. Sa librairie servait de point de rencontre de nombreux militants dont Ernest Delebecque, François Duprat, Jules Corti et Pétronille Altérant. En 1894 son nom figurait sur une liste d’anarchistes établie par la police des chemins de fer en vue « d’une surveillance aux frontières ».

Il fut soupçonné par la police d’avoir été l’imprimeur avec Segaud et Bidault du placard "A Carnot le tueur" rédigé par Cohen et publié au lendemain de l’exécution en France de Vaillant.

Fin 1895-début 1896, dans le climat d’extrême suspicion qui régnait alors à Londres il fut accusé par plusieurs compagnons - dont Delebecque, Gallo, Soulage, J. Renaud, Angelo Jorrot, Varlet, Malatesta, Cini, V. Bertrand, E. Rozier, L. Durand - pour d’obscures raisons d’être un mouchard qui lui valut d’être dénoncé dans divers placards édités par le groupe L’anonymat de Parmeggiani. A la suite de cette accusation, Lapie avait fait paraître dans la presse la protestation suivante : "Des individus que je saurais qualifier, se sont livrés, sans raison, contre moi aux plus dégoûtantes manœuvres. Après m’avoir invité à venir me disculper en réunion publique, ils m’ont empêché de parler ; ils ont envoyé au journal une note m’accusant, sous mes initiales, d’être de la police ; ils ont envahi ma boutique et pris ce qui leur convenait, injurié lâchement ma compagne qui se trouvait seule, distribué, placardé dans ma rue des manifestes ignobles. Je vous demande d’insérer ma protestation" (cf. Les Temps Nouveaux, 22 févrer 1896)

Armand Lapie s’installa par la suite à Lausanne où en 1899 il ouvrit une librairie, participa à la fondation de la Maison du peuple et fut en 1905 l’un des enseignants de l’Ecole libre sous l’égide de la libre pensée. Il fut ensuite membre du premier comité de l’Ecole Ferrer fondée à Lausanne par Jean Wintsch.

De 1903 à 1920 il édita une vingtaine d’ouvrages et notamment la brochure de J. Wintsch Steinlen (1919), Souvenirs d’une morte vivante de Victorine Brocher (1909), Giordano Bruno, sa vie, son oeuvre, sa mort de R. Manzoni (1908) et Mon oncle Benjamin de Claude Tillier (1906) préfacé par Lucien Descaves.

Armand Lapie, qui avait adopté la fille d’un compagnon (Andignoux ?), se rallia, pendant la guerre à l’Union sacrée ce qui lui valut d’être décoré de la Médaille d’honneur du Ministère des Affaires étrangères.

Rentré en France en 1925, il résida d’abord à Reims puis à Lyon où il décéda le 30 ami 1940.

S’agit il du Lapie qui au printemps 1892 avait été signalé comme revenant d’Argentine avec Sureau dont il avait fait la connaissance à Buenos Aires ? (cf. APpo BA 1145).


Dans la même rubrique

0 | 5

LASUS VIDAL , Juan
le 29 avril 2018
par R.D.
LARIVIERE, Pierre
le 21 mars 2018
par R.D.
LAPRET (ou LAPREY), Jean
le 13 février 2018
par R.D.
LARDET (fils)
le 8 octobre 2017
par R.D.
LAPIERRE, Jules
le 25 avril 2016
par ps