logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
PIETTE, Emile
Né à Verviers en 1838 (ou 1847 ?) - mort en 1895 - Tisserand ; Imprimeur ; libraire – AIT – Verviers (Belgique) – Buenos Aires (Argentine)
Article mis en ligne le 11 octobre 2011
dernière modification le 24 septembre 2018

par Marianne Enckell, R.D.
logo imprimer

Membre de l’Internationale, Emile Piette fut un des importants militants de Verviers et de la Vallée de la Vesdre, où il existait 13 sections de l’AIT en 1870. Il collabora pendant une dizaine d’années au journal Le Mirabeau (1867-1880, hebdomadaire, 554 numéros), au moins jusqu’en 1876. Malon en parle dans une lettre à Mathilde Rœderer du 10 novembre 1875 : « Je voudrais vous intéresser à un journal socialiste belge dans lequel j’écris et qui est rédigé exclusivement par des ouvriers. Ce journal a pour rédacteur en chef un ouvrier tisserand qui ne sait pas très bien son orthographe… » Il s’agit probablement ici d’Albert Larondelle.

Le 1er novembre 1876, Piette se séparait de la tendance de De Paepe avec Gérombou et d’autres pour fonder le cercle L’Etincelle. En décembre, il publiait sous le pseudonyme de Prol Ether "Le pétitionnement pour l’abolition du travail des enfants, jugé au point de vue révolutionnaire" (Verviers, imprimerie E. Piette, in-16, 16 p.), où il argumentait « qu’il est matériellement impossible de décréter une loi abolissant le travail des enfants à moins que de décréter immédiatement la construction d’un nombre considérable d’écoles primaires… Le véritable chemin pour arriver à notre complète révolution, c’est la Révolution démocratique et sociale  ». Malgré cette expression, le cercle L’Etincelle était en rapports étroits avec la Fédération jurassienne.

Piette fut, avec Kropotkine (Levachoff) et Montels, un des trois secrétaires du Congrès de Verviers de 1877, dont il publia un compte rendu dans le Mirabeau du 16 septembre.

Emile Piette était au début des années 1880 imprimeur à Verviers. C’est à l’imprimerie Piette à Verviers, et avec sa collaboration, que parurent le Cri du peuple, organe socialiste révolutionnaire (13 nos, 1878-1879) puis la Persévérance, journal socialiste révolutionnaire (14 nos, 1880-1881). En tant que rédacteur responsable, il subit une peine de prison en mars 1880. Le groupe de Verviers était en contact étroit avec la Ligue collectiviste anarchiste de Bruxelles (1879-1880), où militaient notamment Arsène Crié et Laurent Verrycken.
Piette imprima ensuite le Bulletin (préparatoire) du Congrès de Londres (3 numéros, 15 juin-juillet 1881) rédigé par Gustave Brocheret publié à l’occasion du Congrès international tenu à Londres le 14 juillet 1881 en vue de reconstituer l’AIT. IL publia également une série de fascicules de chansons.
Il tenait également une petite librairie où en 1882 il diffusait entre autres L’Etendard Révolutionnaire de Lyon (voir portfolio).

Il émigra ensuite en Argentine où en 1885 il fut l’un des fondateurs du groupe franco-belge de Buenos Aires. Après une malheureuse tentative de colonisation (voir Gérombou), il reprit une librairie dans la capitale, où il diffusait notamment Le Révolté et Le Père Peinard et où il fonda un club anarchiste. En 1889, la diffusion d’un manifeste publié en soutien à la grève des maçons et charpentiers lui valut d’être détenu avec deux autres compagnons jusqu’en août 1890 ; c’est le premier coup de force contre les anarchistes dans ce pays.

Puis avec José R. Falconnet Pierre Quiroule et Alex Sadier il fut l’un des fondateurs de l’hebdomadaire anarchiste français La Liberté(Buenos-Aires, 13 numéros du 25 janvier au 17 avril 1893, puis 26 numéros du 18 mars au 3 septembre 1894) . Dans le premier numéro on pouvait lire : « Nous ne faisons pas de programme, l’heure de discuter est passée…Notre ordre du jour est simple : Prolétaires du monde entier, quelque soit la langue que nous parlons, quellle que soit notre race et couleur, marchons à la conquête du bien-être pour tous ! Plus d’oppresseurs ni d’opprimés !...Plus de travailleurs mourant de travail et de faim et d’oisifs crevant de paresse et d’indigestion ! En avant ! Sonnons la charge pour la Liberté ».

Revenu en Belgique en 1894 pour faire des achats de livres, il y fit imprimer un catalogue de livres d’occasion (Librairie Emile Piette, Esméral 610. Buenos-Ayres. Verviers E. Detry et F. Degey, 1894, 144 p.) Les Temps Nouveaux (4 janvier 1896) annoncèrent son décès après son retour en Argentine ; sa librairie fut reprise par un autre anarchiste verviétois, Dechaine-Ruwettte, et par Alex Sadier.

P.S. :

SOURCES : APP, BA434, pièces 258-288 [non consultées] : Liste des principaux affiliés à l’Internationale, dits les Meneurs à Verviers et communes voisines (382 personnes) – Guillaume, L’Internationale - Nettlau, Der Anarchismus von Proudhon zu Kropotkin - La Première Internationale, documents… - René Bianco, Un siècle de presse… - Armand Weber, Essai de Bibliographie Verviétoise, Verviers, Imprimerie P. Féguenne, vol. 3, 1905 - Gonzalo Zaragoza, Anarquismo argentino 1876-1902, Madrid 1996.– De geschiedenis van het anarchisme in België, http://janpelleringfonds.be = Notice de Marianne Enckell in Maitron en ligne // Notes de R. Dupuy // Les Temps Nouveaux, 4 janvier 1896 //


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Lettre de Piette (1882)
  • 200.3 ko / JPEG

Dans la même rubrique

0 | 5

PIFFER, Madeleine
le 18 novembre 2017
par R.D.
PILLET, André
le 24 mai 2017
par R.D.
PILLOT, Albert
le 15 mai 2017
par R.D.
PIERRY
le 24 mars 2017
par R.D.
PIERRACINI (ou PERRACCINI), Moise
le 9 août 2016
par ps
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10