Bandeau
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
CARATONI (ou CARATTONI), Francesco
Né à Boliaco (Italie) vers 1847 - Italie - Paris - Genève
Article mis en ligne le 30 août 2017
dernière modification le 1er décembre 2017

par R.D.
logo imprimer

Expulsé de France, Francesco Caratoni était domicilié à Genève en 1884. A l’été il demeurait à Carouge et avait l’intention de publier un journal intitulé L’Ere, mais manquait de fonds. Il était rédacteur avec Carlo Terzaghi de L’Explosion, organe de la lutte pour la vie (2 numéros, 3 et 10 avril 1884), et fut vite repéré comme un provocateur. Selon un rapport de police du 14 décembre, "Naglia a une haine féroce contre lui, un soir ou l’autre il veut le laisser sur le carreau en lui trouant le ventre", à cause d’un article très violent contre Herzig paru dans son journal, mais qui est signé Grussel, Berthier et Creton."Brûlé presque aussi vite qu’apparu, [il] disparut sans tambour ni trompette", écrit Jean Grave dans ses mémoires.

Signalé dans les réunions à Paris en 1887 Francesco Caratoni demeurait 3 Cour de Métairie. Dès 1889 il fut soupçonné, comme sa femme, d’être un indicateur.

Le 22 avril 1892, comme de nombreux militants tant à Paris qu’en province, Caratoni (est ce le même ?) fut arrêté préventivement à la manifestation du 1er mai. Lors de la perquisition à son domicile 94 rue de Belleville, la police avait saisi divers écrits et brochures anarchistes. Sa femme était également signalée dans les réunions en 1891 et 1893. Le 9 mars 1893, il avait fait partie d’un groupe de compagnons - dont semble-t-il Constant Martin, Ouin, Wagner et Eugénie Collot (voir ce nom) - qui affublés d’oreilles d’ânes avaient manifesté place de la République en portant des pancartes "Candidats abstentionnistes ! Candidats aux prochaines élections ! Par le suffrage universel nous sommes souverains, Hi Han, Hi Han !", pancartes qui furent saisies par les agents. En 1894 il demeurait 336 rue des Pyrénées où le 23 février il fut l’objet d’une perquisition qui ne donna aucun résultat.

Caratonni fut sans doute un indicateur ; en tous cas, en 1895, il adressait des rapports à Genève à Carlo Terzaghi qui avait été notamment dénoncé comme ’espion" par Malatesta en 1889.

Il était semble-t-il toujours actif en 1898.

P.S. :

Sources : AFS : E21 14072 — R. Bianco "Un siècle de presse anarchiste...", op. cit. = Chantier biographique des anarchistes en Suisse // Le Temps, 23 avril 1892 // Arc. Nat. F7/12507 // APpo BA 75, BA 77, BA 78, BA 80 (copie d’un rapport à Terzaghi), BA 1497 , BA 1500, BA 1506, BA 1508 // Jean Grave "Mémoires d’un anarchiste...", op. cit. //


Dans la même rubrique

0 | 5

CARRE, André, Joseph
le 10 juillet 2018
par R.D.
CARIS, Edouard
le 14 mai 2018
par R.D.
CASTANE MERCE, Andres
le 18 janvier 2018
par R.D.
CASCIANO, Nicola
le 15 janvier 2018
par R.D.
CASALS SOLA, Pedro « El PETROLEO »
le 15 janvier 2018
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2