logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BELTRAN WELLS, Pedro [AUDOUI, Auguste, Maximilien Robespierre]
Né en juin (?) 1904 à Montblanc (Hérault) – mort en 1963 - Employé de commerce – FAI – CNT – Barcelone (Catalogne) – Saint Domingue – Panama – Caracas (Venezuela)
Article mis en ligne le 28 juin 2012
dernière modification le 12 décembre 2017

par R.D.
logo imprimer
Pedro Beltran Wells

Né à Montblanc près de Béziers (Hérault), Pedro Beltran Guell (déformé Wells), dont le véritable nom était Auguste Maximilien Robespierre Audoui, résida depuis son enfance en Catalogne où ses parents avaient émigré et où il devint anarchiste. En 1931, lors de la proclamation de la République il fut l’un des réorganisateurs du syndicat CNT du commerce installé dans un petit local proche de la Bourse.

Membre du groupe anarchiste Los Irreductibles, il militait à la CNT de La Torrasa et s’opposa dès le début de la guerre à la participation gouvernementale. Puis il alla au front où il fut membre de la batterie Sacco y Vanzetti.

Passé en France lors de la Retirada, il fut notamment interné à la prison de Fresnes. Toutefois cette même année 1939 il parvenait à s’embarquer pour les Amériques. Exilé d’abord à Saint Domingue, il y participa à la lutte contre le dictateur Rafael Trujillo, ce qui lui valut d’être emprisonné. Après sa libération il alla au Panama dont il fut expulsé et s’installa finalement à Caracas au Venezuela où il allait travailler dans un magasin de vins.

En 1950 il fut l’unique signataire des employés de Caracas d’un Manifeste de soutien à la grande grève des ouvriers du pétrole et participa aux luttes menées dans la clandestinité contre le dictateur Perez Jimenez. Il fut arrêté en octobre 1951, torturé et condamné à une lourde peine de prison. Interné au camp de concentration de Guasina avec notamment le compagnon espagnol Eusebio Larruy, puis à la prison de Ciudad Bolivar, il fut finalement libéré après 7 années d’emprisonnement, le 24 janvier 1958 après le renversement de Perez Jimenez par un coup d’état militaire.

Revenu à Caracas, où il allait travailler comme traducteur de français et correcteur à la revue Momento, il participa alors activement à la réorganisation du noyau CNT au Venezuela et soutint jusqu’à son décès survenu en 1963 le centro culturel et d’études sociales fondé par la CNT à Caracas.

Pedro Beltran Wells avait appelé son fils Auguste, Voltaire, Platon Audoui et ses trois filles Violette Louise Michel, Aurore et Harmonie.

P.S. :

Sources : M. Iñiguez « Enciclopedia… », op. cit. (l’appelle Bertran Wells)// Boletin de los grupos de defensa confederal, Caracas, n°5, juin-juillet 1963 (nécro. de Ana de Gonzalez)// Orto, Barcelone, n°38, juillet-août 1986 (Témoignage de Ramon Montsant dem Priorat)// Précisions apportées par les petits enfants (octobre 2012 & décembre 2017 )//

Iconogr. : Famille Beltran.


Dans la même rubrique

Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10