logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
MOST, Johann
Né le 5 février 1846 à Augsbourg (Bavière) – mort le 17 mars 1906 - Ouvrier relieur – Allemagne – Autriche – Londres – USA
Article mis en ligne le 15 juin 2012
dernière modification le 19 novembre 2018

par R.D.
logo imprimer
Johann Most, 1975 (doc. H. Becker)

Né dans une famille catholique et de condition modeste, Johann Most fit preuve dès son adolescence d’un esprit de révolte, organisant dans son école une manifestation, refusant d’assister à la messe et se définissant trè vite comme athéiste républicain. A la suite d’une inflammation il avait dû subir en mars 1859 , au début de son adolescence l’ablation d’une partie de la machoire qui le laissa défiguré toute sa vie. Puis il avait entrepris un compagnonage d’ouvrier relieur qui le conduisit de 1863 à 1868 en Allemagne, Italie et en Suisse où à Locle il adhéra à la Société allemande d’éducation ouvrière, puis à La Chaux-de-Fonds (Suisse) où en 1867 il prit contact avec la section de l’Internationale et devint socialiste. Il fut nommé secrétaire de la section locale qui passa de 17 à 72 membres.

Après avoir été licencié à la suite de son militantisme il alla s’installer en 1868 en Autriche où il devient l’un des des principaux animateurs du mouvement social. Après une condamnation en juillet 1870 à 5 ans de prison à la suite d’une prise de parole à Vienne et sa libération en février 1871 à la suite d’une amnistie, il entriprit aussiôt une tournée d’agitation ce qu lui valut d’être expulsé d’Autriche.

Most alla alors en Allemagne, d’abord à Leipzig dont il fut expulsé puis à Chemnitz où il allait éditer le journal Chmenitzer Freie Presse (6 juillet 1871-octobre 1873) qui lui valut de nombreuses poursuites. Condamné en septembre 1872 à 18 mois de prison pour « crime de lèse majesté », il fut interné à Zwickau où il rédigea Kapital und Arbeit, une explication et une interprétation du Capital de Marx. A sa sortie de prison en octobre 1873, , les menaces de la police l’amenèrent à quitter Chemnitz où il avait été élu député social démocrate en 1874. Il fut une nouvelle fois condamné à 19 mois de prison pour avoir célébré, lors d’un meeting public tenu à Berlin le 18 mars 1874, la Commune de Paris, perdit alors son mandat et resta emprisonné jusqu’au mois de juin 1876, une incarcération qu’il racontera dans son livre « La Bastille de Pl.ötzensee" . Après sa libération de prison, il commença à collaborer au journal social démocrate Berliner Freie Presse, dont il devint l’un des éditeurs (juillet 1876-mai 1878) et commença à s’opposer à plusieurs leaders sociaux démocrates dont Liebknecht et Engels. La campagne qu’il avait commencé en 1877 contre la religion et l’Eglise ne fit que renforcer cette opposition avec les principaux reponsables sociaux démocrates.

A la suite de l’intensification de la répression et de la promulgation de lois d’exception contre les socialistes, Most, qui avait gagné Hamburg après avoir été expulsé de Berlin, et était sous la menace d’un nouvel emprisonnement – de l’automne 1868 à décembre 1878, il avait déjà passé plus de 5 années derrière les barreaux - décida de s’exiler à Londre avec sa femme Clara Hänsch qu’il avait épousé en janvier 1874.

Dès son arrivée à Londres et à la demande du club communiste allemand des travailleurs (CABV) , il prit en janvier 1879 la direction rétribuée du journal allemand Die Freiheit qui, avec le soutien du Club allemand de Londres et en particulier de John Neve allait être introduit clandestinement en grande quantité en Allemagne et en Autriche. Ses critiques du réformisme social-démocrate dans les colonnes du journal entraînérent son exclusion du parti en août 1880 et une campagne de calomnies contre lui. Dès septembre 1880 Freiheit, sous l’impulsion de Most qui se définissait alors comme socialiste révolutionnaire, commença à publier les principes révolutionnaires de Bakounine et les premiers articles vraiment anarchistes d’August Reinsdorf.

L’année suivante il avait été pressenti pour collaborer à la nouvelle revue socialiste révolutionnaire L’Anarchiste dont le premier numéro (paru ?) devait être publié à Boston en janvier 1881.

Se rapprochant de plus en plus des anarchistes, il rencontra à Londres de nombreux militants dont notamment Malatesta , Victor Dave et des compagnons russes. Début mars 1881, aux cotés notamment de Riedman, Figueras, Des Martys (ou Demartys) et Gustave Brocher (voir ce nom) , il avait participé à la première réunion du comité d’initiative d’un congrès anarchiste international dont il avait été l’un des plus ardents promoteurs. Toutefois à la réunion il se montra très hostile au choix de Londres comme lieu du congrès. Ce congrès se tiendra finalement à Londres du 14 au 19 juillet 1881 en présence de 43 délégués, mais en l’absence de Most emprisonné.

Most devint rapidement l’objet de persécutions de la police et fut arrêté à plusieurs reprises. Suite à la publication dans Freiheit (19 mars 1881) d’un article justifiant l’assassinat le 13 mars précédent par les socialistes révolutionnaires du Tsar Alexandre II, il fut arrêté le 30 mars et fut condamné à 16 mois de travaux forcés. Freiheit auquel Most parvint à collaborer depuis sa prison, continua de paraître en Grande Bretagne jusqu’au 3 juin 1882.

Libéré de prison le 25 octobre 1882 et suite à une invitation du Club socialiste révolutionnaire de New York, Most décida alors d’émigrer, d’y trandférer Die Freiheit et le 2 décembre 1882 s’embarqua à Liverpool pour les Etats-Unis où il allait développer très vite une grande activité. Avant même son arrivée à New York le 18 décembre, le premier numéro de Freiheit, édité aux Etats-Unis, apparaissait à New York le 9 décembre grâce aux articles qu’il avait déjà envoyé à son camarade Justus Schwab.

Outre l’édition de Die Freiheit, Most qui se qualifiait définitivement comme anarchiste et était un orateur de talent, allait effectuer des tournées de conférences (Boston, Baltimore, Kansas City, etc) , fonder la troupe de théâtre Free Stage , publier de nombreux textes de propagande dont La Peste religieuse et aussi polémiquer avec notamment l’individualiste Benjamin Ticker.

Auteur dans les colonnes de Die Freiheit d’un manuel sur le bon usage des explosifs (Sicence de la guerre révolitionnaire) il fut bientôt dénoncé comme l’ennemi public numéro par la presse bourgeoise qui le rendit directement responsable de l’affaire de Haymarket à Chicago (campagne de mai 1886 pour la journée de 8 heures) où plusieurs policiers avaient été tués par une bombe et qui fut suivie par la pendaison le 11 novembre 1887 de 4 militants anachistes - Albert Parsons, August Spies ; George Engel, Adolph Fisher – et le suicide en prison de Louis Lingg. . Arrêté le 11 mai 1886, il fut condamné le 2 juin à un an de prison pour « incitation à l’émeute » et interné au pénitencier de Blackwells Island dont il fut libéré en avril 1887.

En 1897 il était l’éditeur du quotidien Buffaloer Arbeiterzeitung dont Die Freiheit devenait alors un supplément hebdomadaire.

Toute sa vie il fut l’objet de campagnes de calomnies et de caricatures . A ce sujet Emma Goldman écrivit : « De temps en temps il m’envoyait quelques lignes : il faisait des commentaires spirituels et caustiques des gens qu’il avait rencontré, ou bien il dénonçait un journaliste qui, après l’avoir interviewé, avait écrit sur lui un article infamant. Parfois il glissait dans une lettre sa caricature parue das un journal et ajoutait en marge : « Attention, tueur de dames ! » ou « Voici l’ogre qui dévore les enfants ». Je n’avais jamais vu de caricatures aussi brutales et cruelles.  ». L’un de ses jeunes fils, John, né en 1894, se souvenait encore en 1979, des injures (famille de rats anarchistes) et de caillassage de leur appartement modeste du Lower Eats Side par le voisinage.

Johann Most, 1900 (Doc. H. Becker)

En 1902 suite à un article, écrit 50 ans auparavant par Heinzen, et publié par Die Freiheit lors de l’assassinat du président Mac Kinley par Czolgocz, il fut une nouvelle fois arrêté et condamné à un an de prison. Libéré le 11 avril 1903, il fêta le 1er juin 1904 les 25 ans de publication de Die Freiheit.

Malade et épuisé , Most, qui s’était marié avec Helene Minkin et étaut père de deux enfants –Lucifer et John -, se lança dans une nouvelle tournée de conférences au cours de laquelle, le 17 mars 1906, il devait mourir à Cincinati.

Comme l’écrivit Renée Lamberet « Sa vie avait été aussi une lutte continuelle contre l’adversité… la grande presse et la police ne laissaient passer aucune occasion de l’attaquer et de l’humilier. Cependant il ne se découragea jamaos, et par son tempérament de lutteur et de rebelle, son style incisif et son éloquence, il maintint une grande activité jusqu’à sa mort  ».
.

L’organe anarchiste communiste Freiheit allait continuer d’être publié à New York jusques 1910.

Œuvres : - Neuestes Proletarier-Liederbuch von Verschiedenen Arbeiterdichtern (Nouveau livre de cchansons prolétariennes par divers poètes ouvriers), Chemnitz : Druck und Verlag der Genossenschafts-Buchdruckerei, 1873. ; - Kapital und Arbeit : Ein Populärer Auszug aus "Das Kapital" von Karl Marx (Capital et travail), Chemnitz : G. Rübner, n.d. [1873]. Revised 2nd edition, 1876. ; - Proletarierleben : Soziales Zeitgemälde (Une vie de prolétaire : une vision sociale de notre temps (1874) ; - Die Pariser Commune vor den Berliner Gerichten : Eine Studie über Deutschpreussische Rechtszustände. (La Commune de Paris au tribunal de Berlin), . Brunswick, Germany : Bracke Jr., 1875. ; - Die Bastille am Plötzensee : Blätter aus meinem Gefängniss-Tagebuch (La Bastille de Plötzensee : Pages de mon journal de prison) ; Brunswick, Germany : W. Bracke, 1876. ; - Der Kleinbürger und die Socialdemokratie : Ein Mahnwort an die Kleingewerbtreibenden (Le petit bourgeois et la sociale démocratie), Augsburg : Verlag der Volksbuchhandlung, 1876. ; - Gewerbe-Ordnung für das Deutsche Reich : Mit Erläuterung der für den Arbeiter wichtigsten Bestimmungen (Le Code industriel de l’Empire germanique), Leipzig : Verlag der Genossenschaftsbuchdruckerei, 1876. ; - Freizügigkeits-Gesetz, Impf-Gesetz, Lohnbeschlagnahme-Gesetz, Haftpflicht-Gesetz : Mit Erläuterung der für den Arbeiter wichtigsten Bestimmungen (La loi sur la liberté de ciculation…), Leipzig : Verlag der Genossenschaftsbuchdruckerei, 1876. ; - "Taktika" contra "Freiheit" : Ein Wort zum Angriff und zur Abwehr ("Tactique" contre "Freiheit"). London : Freiheit, n.d. [c. 1881]. ; - Die Freie Gesellschaft : Eine Abhandlung über Principien und Taktik der Kommunistischen Anarchisten : Nebst Einem Polemischen Anhang (La Société libre : un essai sur les principes et tecqtiques des communistes anarchistes). New York : self-published, 1884. ; - Revolutionäre Kriegswissenschaft : Eine Handbüchlein zur Anleitung Betreffend Gebrauches und Herstellung von Nitro-Glycerin, Dynamit, Schiessbaumwolle, Knallquecksilber, Bomben, Brandsätzen, Giften usw., usw. ( Science de la guerre révolutionnaire.), New York : Internationaler Zeitung-Verein, 1885. ; - August Reinsdorf und die Propaganda der That (August Reinsdorf et la propagande par le fait). New York : self-published, 1885. ; - Acht Jahre hinter Schloss und Riegel. Skizzen aus dem Leben Johann Most’s. (Huit ans sous les verrous). New York : self-published, 1886. ; - Die Hoelle von Blackwells Island (L’enfer de Blackwells Island). New York : self-published, 1887. ; - An das Proletariat (Au proletariat). New York : J. Müller, 1887. ; - Die Eigenthumsbestie (The Property Beast). New York : J. Müller, 1887. ; - Die Gottespest ( La Peste religieuse), New York : J. Müller, 1887.. ; - The Accusation ! A Speech Delivered by John Most, at Kramer’s Hall, New York, on November 13, 1887, in Denunciation of the Judicial Butchery of the Chicago Anarchists : For Delivering Which, He Has Been Sentenced to Twelve Month’s Imprisonment by Judge Cowing. London : International Publishing Co., n.d. [c. 1887]. ; - Vive la Commune. New York : J. Müller, 1888. ; - Der Stimmkasten (The Ballot Box). New York : J. Müller, 1888. ; - The Social Monster : A Paper on Communism and Anarchism. New York : Bernhard and Schenck, 1890. ; - The Free Society : Tract on Communism and Anarchy. New York : J. Müller, 1891. ; - Zwischen Galgen und Zuchthaus (Between Gallows and Penitentiary). New York : J. Müller, 1892. ; - Anarchy Defended by Anarchists. With Emma Goldman. New York : Blakely Hall, 1896. ; - Down with the Anarchists ! This is the War-Cry Raised by President Roosevelt and Echoed by the Congress of the United States. Now, Then, Hear the Other Side ! The Anarchists will Take the Floor. Listen !. New York : John Most, n.d. [c. 1905]. ; - Memoiren, Erlebtes, Erforschtes und Erdachtes (Memoires : Experiences, Explorations, and Pensées). In 4 volumes. New York : Selbstverlag des Verfassers, 1903–1907.

P.S. :

Sources : Dictionnaire biographoque du mouvement ouvrier…l’Allemagne (Notice de Renée Lamberet) // R. Rocker « Johan Most, la vida de un rebelde » (Ed. La Protesta ; Buenos Aires, 2 vol. 1927)// H. Becker « Jojann Most in Europe » in The Raven, Londres, n°4, mars 1988// P. Avrich « Anarchist voices… », op. cit. (Témoignage de Joh, Most)// APpo BA 89 , BA 90 //Les Temps Nouveaux, année 1897 //


Dans la même rubrique

0 | 5

MORANDI, Césare
le 13 mai 2018
par R.D.
MOREAU, Eugène
le 16 août 2017
par R.D.
MORLENS, Louis
le 3 mai 2017
par R.D.
MORENO, José
le 27 avril 2017
par R.D.
MORIN, Noël
le 18 octobre 2016
par R.D.
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10