Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
AUFFRET, Mathurin, Joseph
Né dans le Morbihan le 18 août 1871 — Typographe — France — Londres — Belgique
Article mis en ligne le 12 juillet 2011
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Mathurin Auffret (parfois orthographié Auffray) avait été signalé comme ayant disparu de Pontivy vers 1892. S’agit il du Auffret signalé au printemps 1892 dans les réunions à Paris du Cercle anarchiste international de la salle Horel ?

Il serait allé ensuite à Genève pus à Grenoble où le 7 janvier 1894 il avait été déclaré insoumis. Le 22 avril 1895 il s’était présenté volontairement au service de trecutement de Nancy. Après avoir été condamné à 1 mois de prison pour insoumission, il avait été incorporé le 28 juin au 155è Régiment d’infanterie dont il dsertaot le 9 septembre 1895.

Puis il s’était réfugié à Londres où en 1897 la police signalait qu’il fréquentait les milieux anarchistes francophones et travaillait comme typographe. En mai il demeurait 59 Charlton Street (près de Euston).

Le 28 août 1904, il se rendait au Consul de France à Londres afin de bénéficier de la loi d’amnistie et était libéré de tout service actif.

En 1905, il se trouvait en Russie, à Saint Petersbourg, d’où il correspondait avec Crlo Frigerio à Londres. Il avait été le correspondant du journal madrilène Heraldo dont il avait été renvoyé et écrivait à ce sujet : "Je te jure que je n’hésiterais pas une seconde à reprendre le composteur si jamais rédacteur en chef ou autre employeur émettait la prétention de guider ma plume" (cf. lettre à Frigerio, 29 septembre 1905).

A la fin de l’année 1905 il retournait à Londres avec sa compagne Hetty et allait travailler "ferme avec Tarrida [del Marmol] à incorporer des idées réellement formidables qu’il a sur une nouvelle cosmogonie" (sans doute à propos du livre Problemas transcendentales).
A propos de la révolution russe de 1905, qu’il qualifiat de mouvemelnt "réellement grandiose", il ajoutait "J’ai quitté la Russie au moment où les choses allaient chauffer…Je crois fermeent que le rideau s’est levé là-bas sur le prologue de la Révolution sociale universelle". (cf. lettre à Frigerio, 9 décembre 1905).

A Londres il fut aussi le correspondant de l’Express et de La Dépêche.

En 1910 il était à Cuba d’où il continuait de correspondre avec Frigerio. Il était à Cienfuegos "dans une exploitation agricole, projetant la cration d’une maison de commerce pour produits alimentaires" (lettre à Frigerio, 5 avril 1910)

Lors de la Première guerre mondiale, il rentrait volontairement en France et le 5 janvier 1917 était incorporé au 155è Régiment d’infanterie. En septembre 1917 il était affecté comme interprète à la base amricaine de Saint Nazaire (cf. carte à Frigerio, 29 septembre 1917). Après sa démobilisation le 14 janvier 1919, il retournait en Angleterre où il s’installait à Bromley (comté de Kent).

Il s’agit sans doute du Auffray qui avait été condamné en Belgique pour « fabrication de fausse monnaie » et qui avait pour compagne une certaine Eugénie Clément ancienne compagne de Michele Angiolillo avec lequel il aurait été en relation avant que ce dernier assassine en août 1897 le premier ministre espagnol Canovas del Castillo. En septembre 1905 il favait été rayé de la liste des anarchistes en Belgique.


Dans la même rubrique

AUGUSTO, Diamantino
le 24 juin 2024
par R.D.
AUDO
le 24 juin 2024
par R.D.
AUBRY, Marie « ANDREE » [née LATINAUD]
le 24 juin 2024
par R.D.
AUBRECHT, Vilem
le 24 juin 2024
par R.D.
ASPEL CASADEMONT, Bartolome
le 24 juin 2024
par R.D.