logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BARDOT, Louis, Victor
Né le 21 mars 1866 à Palise (Doubs) - Mécanicien - Dijon (Côte d’Or) - Besançon (Doubs)
Article mis en ligne le 16 juin 2011
dernière modification le 20 septembre 2018

par R.D.
logo imprimer

Louis Bardot était arrivé à Dijon en mars 1891. Selon la police il recevait de nombreuses brochures socialistes et anarchistes et assistait à toutes réunions tenues par les anarchistes de la localité. Il fut inscrit sur une « liste des anarchistes de Dijon » en 1892 et avait été renvoyé de l’atelier où il travaillait à cause de ses « propos anarchistes ». Il était à cette époque membre du groupe anarchiste Les Résolus où il était plus particulièrement chargé de la correspondance avec les autres groupes anarchistes et diffusait notamment les brochures de S. Faure et le journal La Révolte. Il résidait 18 boulevard Voltaire.
A la mi-janvier 1892 il avait été l’un des délégués de Dijon - avec Monod, Catinot, Gourand, Aminot et sa femme - au congrès régional anarchiste tenu à Lyon (voir Durey).

Comme de très nombreux compagnons, tant à Paris qu’en banlieue et en province, il avait été arrêté le 22 avril 1892 préventivement à la manifestation du 1er mai avec notamment Monod, Manière, Massoubre et Bell. Lors de la perquisition à son domicile, la police avait saisi un drapeau noir sur lequel était brodé en rouge Groupe des Résolus - Vivre en travaillant, mourir en combattant - A bas les frontières ! ainsi qu’une quinzaine d’exemplaires du journal L’Agitateur.

En septembre 1893 il était arrivé à Besançon où il demeura 122 Grande Rue. Condamné à cette époque à 5 francs d’amende et 1 jour de prison pour avoir crié "Vive l’anarchie !", il avait quitté la localité et était semble-t-il à Novillars où il ; travaillait comme mécanicien dans une usine.

En 1894 il était en relation épistolaire avec Sébastien Faure lorsque ce dernier était emprisonné à Clairvaux.

Il y a vraisemblablement identité avec Bardot qui début janvier 1894 avait été l’objet d’une perquisition à Besançon où la police avait trouvé outre des livres socialistes et anarchistes, un moule à fabriquer des pièces de 5 francs et diverses fioles le faisant suspecter de fabrication de fausse monnaie et détention d’explosifs. Il fut emprisonné à Besançon puis relâché faute de preuves à la mi janvier 1894 comme les compagnons A. Reuge et Magnin..

P.S. :

Sources : AD Côte d’Or 20M242 // V. Bouhey « Le mouvement anarchiste à travers les sources policières… », op. cit.// Le Père Peinard, 8 mai 1892, 21 janvier 1894 // Atc. Nat. BB 186449, BB 186451, F7/12508 // AD Rhône 4M312 //


Dans la même rubrique

0 | 5

BARBIER
le 14 décembre 2018
par R.D.
BARREYRE, Alfred, Pierre « CENT-GARDE »
le 2 juillet 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
BARTHOLDI, Henri, Antoine
le 17 mai 2018
par R.D. ,
Gianpiero Bottinelli
BANDINI, Pietro
le 24 avril 2018
par R.D.
BARTH, Louis "RAVACHOL"
le 15 février 2018
par R.D.
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10