logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BARA (ou BARRA), Louis, Alphonse
Né le 3 octobre 1881 à Denain (Ardennes) - Ouvrier lamineur - CGT – Mohon & Château Regnault (Ardennes)
Article mis en ligne le 15 octobre 2010
dernière modification le 1er mars 2015

par R.D.
logo imprimer

Ouvrier d’usine à Mohon puis lamineur à Château-Regnault, Louis Bara (parfois orthographié Barra et Barrat) fut un militant anarchiste et syndicaliste.

En compagnie de son ami AlphonseTaffet, le secrétaire de l’Union des syndicats des Ardennes, il avait insulté, le 29 décembre 1907, le garde champêtre de Mohon qui leur dressait un procès verbal parce qu’ils sortaient du café Lamblot après l’heure réglementaire. Ils furent condamnnés conjointement à 3 jours de prison et 25 F. d’amende.

Il milita à l’Union des syndicats des Ardennes en 1908 et fréquenta la colonie libertaire L’Essai fondée par Fortuné Henry en 1903 dans la forêt d’Aiglemont.

Taffet et Bara furent condamnés le 21 janvier 1909 à 6 jours de prison à la suite d’une bagarre avec des non syndiqués. Cette peine de prison permit au maire socialiste de Mohon, Cacheleux, de le radier des listes électorales sur demande du parquet. Taffet denonça cette décision par voie d’affiches et provoqua même une réunion publique contradictoire avec le maire, début avril 1909.

Le 17 octobre 1910, une manifestation tumultueuse de carriers eu lieu devant la gare de Levrézy, pour protester contre l’attitude de certains employés de la Compagnie des chemins de fer de l’Est qui refusaient de se mettre en grève. La gendarmerie, renforcée par un détachement du 91e régiment d’infanterie défendait l’accès de la gare. Bara entama le chant Gloire au 17e, puis cria aux soldat qui se trouvaient un peu en arrière des gendarmes : « Soldats, crosse en l’air, rompez vos rangs, mettez-vous avec les travailleurs, faites comme vos frères du 17e ». Il fut condamné le 1er février 1911 à 18 mois de prison et purgea sa peine à Clairvaux où il avait été écroué en juillet après son transfert de la prison de Charleville. En septembre 1911, la Ligue des droits de l’homme demanda sa grâce.

En 1913 Bara, installé à Nouzon, correspondait avec le journal de G. Hervé La Guerre sociale.

P.S. :

Sources : Didier Bigorne (sous la dir. de), Terres ardennaises, n° spécial, n°46 : Visages du mouvement ardennais, Mars 1994. — La Guerre sociale, 8 février 1911. = notice de H. Manceau in « Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier… », op. cit.// D. Petit « Deshérités de Nouzon… », op. cit.// AD Aube 22Y5//


Dans la même rubrique

Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10