logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BERGUE (ou BERGUES), Jules
Né à Clermont-Ferrand le 22 décembre 1855 - Ouvrier chaudronnier - Saint Etienne (Loire) – Lyon (Rhône) – Annonay (Ardèche)
Article mis en ligne le 9 septembre 2010
dernière modification le 25 juin 2017

par R.D.
logo imprimer

Au début des années 1880, Jules Bergue était à Saint-Etienne où il tentait d’organiser les mineurs et de les soustraire à l’influence réformiste et fut sans doute à l’origine en mai 1884 de la fondation de l’union fédérative des mineurs révolutionnaires. En juillet 1882 il fut condamné à 8 jours de prison pour rébellion à agents, puis en mai 1884 à 2 mois de prison pour "provocation au meurtre et à l’incendie". . Il fut ensuite membre de la Fédération nationale des syndicats et résida à Lyon, 91 bis rue Bugeaud. En 1885 il fut l’un des organisateurs à Lyon du banquet commémorant le 18 mars la Commune de Paris et en juin fut condamné à 25 franc ’amende pour "menaces de mort".
Très impliqué l’année suivante dans la commission des ouvriers sans travail, il participa vraisemblablement le 6 décembre à la manifestation qui au chant de La Carmagnole avait investi une séance du conseil municipal à l’hôtel de ville.
Puis il fut avec notamment Prosper Tremollet l’un des fondateurs d’une Ligue des anti-propriétaires (grève des loyers et aide mutuelle pour déménager à la cloche de bois) avant de quitter Lyon pour Annonay à l’automne 1888.

En 1887 il avait été soupçonné d’avoir été l’auteur avec Puillet, Devrieux et Vitré des deux attentats à la bombe commis le 8 décembre contre le Palais de Justice, avant que l’instruction soit arrêtée. Cette même années 1887 il avait été condamné en avril à 30 francs d’amende pour "outrage à magistrat".

Les 15 et 16 août 1890 il fut le délégué d’Annonay au congrès anarchiste régional tenu à Genève.

En avril-mai 1892, il échappa aux vastes rafles où furent arrêtés 35 compagnons poursuivis pour "association de malfaiteurs", mais avait été l’objet, sur commission rogatoire du juge d’instruction de Lyon en date du 21 avril, d’une perquisition qui se révéla infructueuse. Il aurait alors quitté Annonay avec sa femme pour aller à Saint Etienne où le 21 novembre 1893, comme de nombreux compagnons de la région, il fut l’objet d’une perquisition. Le 1er janvier 1894 il fut de nouveau l’objet d’une perquisition à Saint Etienne.

Il s’agit vraisemblablement du Bergue qui, le 4 janvier 1894, avait été arrêté à Saint Etienne après avoir crié "A bas la patrie ! Vive l’anarchie ! Vive l’Internationale !" lors d’une réunion publique tenue par un abbé et qui lui valut d’être poursuivi pour "cris séditieux". Selon la police, il n’était pus à cette époque membre d’un groupe, mais continuait de professer les mêmes idées et était qualifié de "solitaire de l’anarchie". Le 9 mars suivant, après 26 jours de préventive et lors de l’audience où il nia avoir tenu les propos incriminés et prit quelque distance avec l’anarchisme, il bénéficia d’un non lieu.

En 1894, selon la police il aurait toujours été fixé à Annonay (Ardèche).

P.S. :

Sources : AD Rhône 4M6, 4M306// Notes de L. Gallet // AD Loire 1M527// AD Gard 4U5302 // Arc. Nat. F7/12507, F7/12508, BB 186452 //


Dans la même rubrique

Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10