logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
ZUIDA, Jacques
Né à Bischwiller (Bas-Rhin) le 19 juin 1849 - Ouvrier tisseur ; débitant de boissons - Vienne (Isère)
Article mis en ligne le 19 juillet 2010
dernière modification le 2 avril 2018

par R.D.
logo imprimer

Né dans le Bas-Rhin dans une famille venant de Mannheim et probablement avant de Hollande, Jacques Zuida était venu dans la région Lyonnaise au début des années 1870 avec les usines textiles qui avaient quitté l’Alsace pour rester françaises. Il avait lui même opté pour la nationalité française en 1877. Il était en 1880 membre du groupe anarchiste Les Indignés de Vienne (Isère) animé par Pierre Martin. Il collabora notamment aux journaux Le Droit social et L’Etendard révolutionnaire de Lyon. En 1881 il était avec Martin responsable de la correspondance du groupe avec la Fédération révolutionnaire de l’est et demeurait alors 6 rue Cuvière.

Au printemps 1882, comme plusieurs membres du groupe - dont P. Martin, E. Monnet, Charles Jourdy , Ebersoldt, Sala...- il avait participé à la souscription pour acheter un revolver d’honneur à l’ouvrier qui imiterait Pierre Fournier (voir ce nom) qui avait tiré sur son patron à Roanne.

À la suite des violentes manifestations des mineurs de Montceau-les-Mines, d’août 1882, et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882, Zuida fut impliqué dans le procès, dit « Procès des 66 » qui s’ouvrit à Lyon le 8 janvier 1883 devant le tribunal correctionnel. Zuida fut rangé dans la deuxième catégorie des prévenus (voir Bordat Toussaint) et condamné le 19 janvier 1883 à quinze mois de prison, 200 f d’amende et cinq ans de privation des droits civiques, civils et de famille.

Début 1887, il demeurait 8 rue Cuvier et figurait sur une liste d’anarchistes de Vienne où il était qualifié "d’homme d’action".

Jusqu’en 1893, son nom figure régulièrement dans les rapports de police de Grenoble et Vienne. A cette époque il tenait un débit de boissons, 47 rue Victor Faugier, où les compagnons de Vienne se retrouvaient. Le 1er janvier 1894, comme plusieurs militants de Vienne, il fut l’objet d’une perquisition.

P.S. :

Sources : Le Procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883 // Notes de M. Enckell // Précisions de S. Pébrier (janvier 2014)// Arc. Nat. F7/12504, F7/12508, BB 186449 // AD Rhône 4M306 // Le Droit Social, 30 avril 1882 //


Dans la même rubrique

0 | 5

ZISLY Henri, Gabriel
le 16 mars 2017
par R.D. ,
Thierry Bertrand
ZUAZUA, Ramon
le 9 novembre 2016
par R.D.
ZOFFOLI, Federico
le 23 septembre 2016
par R.D. ,
Gianpiero Bottinelli
ZILSEL, Paul
le 19 juin 2014
par ps
ZULIANI, Ausonio (Antonio)
le 14 mai 2014
par ps
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10