logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BRISELANCE, Louis
Né le 26 octobre 1899 à Fougères (Ille-et-Vilaine) – mort en mai 1963 - Forain et commerçant - FA - Déols (Indre)
Article mis en ligne le 7 décembre 2006
dernière modification le 16 février 2014

par R.D.
logo imprimer
Louis Briselance

Louis Briselance fut marchand forain puis commerçant sédentaire. Avant la guerre il vendait de la laine sur les marchés et participait chaque semaine à Issoudun où, à partir des années 1930 il fut en contact avec Alexandre Jacob.Il organisait dans la région de nombreuses réunions, dont une à la veille de la guerre avec Sébastien Faure à Chateauroux. Pendant la guerre il fut en contact permanent dans la région avec Pierre Valentin Berthier qui l’avait rencontré avant guerre chaque semaine sur le marché d’Issoudun : "Il était toujours d’une bonne humeur délicieuse ; sa douceur, son égalité d’humeur, son sourire, ne le quittaient pas plus dans son travail de camelot que dans son action de propagandiste, et multipliaient ici comme là sa très grande force de persuasion". (cf. Défense de l’homme
, n°176).

Après la Libération, il fonda le Cercle d’études sociales et organisa à Châteauroux (Indre), de 1945 à 1949, des conférences anarchistes suivies de discussions auxquelles prirent part entre autres Louis Louvet.

L. Briselance, qui se considérait comme le fils spirituel d’Alexandre Jacob auquel il avait vendu en 1954 sa maison en viager, qu’il allait visiter et aida régulièrement jusqu’à son suicide en août 1954, fut également militant abondanciste et défendait les thèses de l’économie distributive. A la chambre de commerce dont il était membre, il ne cessait de dénoncer les méfaits du capitalisme. Puis Briselance avait acquis un fourgon-bazar avant de se sédentariser et de tenir à Châteauroux le magasin Polyplastic. Il mourut à Déols (Indre) en mai 1963 et a été enterré le 24 mai.

P.V. Berthier, qui l’avait vu pour la dernière fois à la Toussaint de 1961 dans sa maison du Montet, à Déols, "construite de ses mains", évoqua cette rencontre dans Défense de l’homme : " Atteint dans ses forces vives, il fut brutalement retranché de cette activité qui constitue l’existence même des tempéraments laborieux... Il était cloué dans un fauteuil, et ne se leva qu’à très grand-peine avec l’aide d’une canne pour m’emmener à pas menus et comptés, voir les tableaux qu’il avait peints quand son état lui permettait encore cette occupation où il excellait...Moi je le revoyais conduisant naguère sa voiture avec une sureté de main parfaite, ou bien jouant du violon, ou en train de couvrir sa maison, ou vendant au marché ses pelotes de laines multicolores et surtout propageant la révolution sociale et l’économie distributive - fût-ce sans les nommer - jusque chez les bonnes sœurs dans le parloir de leur couvent....Une seule considération vient atténuer notre tristesse : souffrir ainsi, déjà, ce n’était plus vivre".

P.S. :

Sources : Témoignage de G. Thomas= Dictionnaire biographiqe du mouvement…, op. cit. // Bulletin du CIRA, Marseille, n°23-25, 1985// Plus Loin, juin 1963 (nécro de P. V. Berthier)// Défense de l’homme, n°176, juin 1963 (Nécro. de P.V. Berthier) in Blog Alexandre Jacob// Louis le forain, Blog Alexandre Jacob//

Iconogr. : blog Alexandre Jacob l’honnête cambrioleur.


Dans la même rubrique

0 | 5

BRACKE, Louis,, Alphonse
le 18 octobre 2018
par R.D.
BRETON, Louis
le 13 août 2018
par R.D.
BRETON, Jean, Auguste
le 13 août 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
BRUIN
le 13 mai 2018
par R.D.
BRUNIA, Pierre
le 10 avril 2018
par R.D. ,
Anne Steiner
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10