Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site

ROUDIER, Laurent “MONTEUX

Né le 20 juin 1862 à Graveson (Bouches-du-Rhône) — Cordonnier — Avignon (Vaucluse)
Article mis en ligne le 11 juin 2009
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Marié et père de deux enfants, Laurent Roudier dit Monteux, qui habitait 9 rue Saint-Guillaume à Avignon et avait été auparavant fiché à Uzès, était en 1889 le correspondant du journal La Révolte (Paris) du groupe Les libertaires vauclusiens. Puis il fut membre du groupe formé en novembre 1893 et dont le secrétaire était le compagnon Pastergue. Au printemps 1893 il demeurait Villa Verdier, Pont d’Avignon, et lançait une souscription pour publier le journal Le Libertaire Vauclusien (cf. la Révolte, 29 juillet 1893). Le journal ne verra pas le jour, les fonds recueillis étant insuffisants (12 fr.). Ceux-ci seront alors répartis à parts égales entre La Révolte, Le Père Peinard et L’Insurgé (cf. La Révolte, 28 octobre 1893).

En décembre 1893 il fut l’objet de poursuites suite à l’arrestation le 24 décembre de Bayol, Blanchard et Madier qui diffusaient rue de la République des brochures et des exemplaires de La Révolte que Roudier et Bourelly étaient venus chercher au domicile du compagnon Eysseric. Il fut notamment accusé de complicité dans la diffusion de l’affiche Les Dynamitards aux Panamitards dont un exemplaire aurait été retrouvée sur le compagnon Bayol. Lors de son interrogatoire il nia avoir jamais vu cette affiche et l’avoir remis à Blanchard qui l’avait mis en cause ainsi que sa compagne née Julie Costet épouse Faure, cordonnière née vers 1860, avec laquelle il vivait depuis 1890. Il ajouta : “Je suis anarchiste et je ne m’en cache pas. J’ai le courage de mon opinion et si c’était moi qui les eus reçus, je le déclarerais”, puis “je ne m’occupe presque plus de propagande active ou militante. Je suis anarchiste, c’est vrai, et par la parole seulement. Je tâche de faire partager mes idées à ceux qui l’entourent”. Lors de la perquisition effectuée à son domicile le 27 décembre avaient été saisi divers exemplaires des journaux Le Père Peinard, L’Agitateur, La Révolte, L’Insurgé, L’En-Dehors, La revue libertaire et la Revue anarchiste ainsi que plusieurs brochures et coupures de journaux sur l’anarchisme et un révolver à 6 coups dont il justifia la présence pour “sa défense personnelle” en raison de l’isolement de sa maison.

Le 4 janvier 1894 il fut l’objet d’une nouvelle perquisition où avait été saisi un exemplaire de L’Almanach du Père peinard pour 1894 dont la saisie avait été ordonnée par le Tribunal de la Seine. Il figurait à cette date sur une liste de correspondants de journaux anarchistes établie par la police. Le 11 mars 1894, la police perquisitionnait une nouvelle fois son domicile, sans résultat.


Dans la même rubrique

ROYAUX BARATHON, Louis, Désiré

le 7 avril 2024
par R.D.

ROUTA, Joseph, Albin

le 7 avril 2024
par R.D.

ROUTA, Gustave

le 7 avril 2024
par R.D.

ROY, Jean

le 20 août 2023
par R.D.

ROUSSEL, Léon, Émile, Victor

le 6 août 2023
par R.D. ,
Dominique Petit