Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
PINOS REGALADO, Eusebio
Né à Barcelone le 6 juin 1910 – mort le 3 novembre 1976 - Cordonnier ; ouvrier du textile - MLE – CNT – Sariñena (Aragon) – Haute-Savoie – Villefranche-sur-Saône (Rhône)
Article mis en ligne le 17 janvier 2009
dernière modification le 22 février 2024

par R.D.
Eusebio Pinos Regalado (camp d’Argelès)

Eusebio Pinos Regalado, dont la famille avait émigré à Sariñena, avait comencé à travailler dès l’âge de 12 ans et avait adhéré à l’idéal libertaire après avoir assisté à une conférence. Son père l’empêchera de prendre, alors qu’il n’avait que 13 ans, le secrétariat de la Fédération comarcale de la CNT. Après son service militaire à Valence, il commença à travailler comme cordonnier.

En juillet 1936, il s’intégra au Comité révolutionnaire du village de Sariñena (Huesca) où il fut de juillet 1936 à mars 1937 le délégué aux échanges et ravitaillement ainsi que l’un des animateurs du groupe théâtral. C’est à cette époque qu’il rencontra sa compagne, Juliana Barrieras Tierz militante de la Fédération Ibérique des Jeunesses Libertaires et de la CNT. En avril 1937 il partit sur le front au Levant sur lequel il restat jusqu’à la fin de la guerre.

Exilé en France lors de la retirada, il fut interné au camp d’Argelès, puis envoyé dans une compagnie de travailleurs étrangers d’abord pour travailler dans des hauts-fourneaux en Savoie, puis comme bûcheron. Pendant l’occupation il fut réquisitionné par les Allemands et envoyé en travail forcé à Brest avec son frère Gabriel. Après s’être évadé, il regagnait la Haute-Savoie où avec son frère Gabriel et son beau-frère José Barrieras, il intégrait la résistance dans le groupe FTP La vapeur.

A la libération il s’installait à Barbazan (Haute-Garonne) jusqu’en 1950 où, sur ordre du gouvernement français, il était interdit de séjour dans les départements proches de la frontière espagnole. Il s’installait alors avec sa compagne à Villefranche-sur-Saône où il adhérait à la FL-CNT et travaillait comme ouvrier spécialisé à l’usine textile Gillet-Thaon. A l’automne 1950 il avait été nommé trésorier de la FL aux cotés d’Antonio Tejerina (secrétaire),
Salvador Navarro (comptable) et Barrieras (propagande).
Lors des grèves de mai-juin 1968, il fut le seul avec Baldomero Gonzalez un autre ouvrier espagnol, à voter contre la reprise du travail. Secrétaire de la FL-CNT de Villefranche de 1964 jusqu’à sa dissolution en 1970, il fut ensuite actif au Comité de lutte antiraciste.

Eusebio Pinos Regalado, qui a collaboré au Combat syndicaliste et était le père du militant libertaire Daniel Pinos, est décédé à Villefranche le 3 novembre 1976.


Dans la même rubrique

PILARD “{COLAS” ; “COLAS-COLETTE}”
le 29 mars 2024
par R.D.
PIJEAN, Jean (ou PIJUAN)
le 2 octobre 2023
par R.D.
PINTO BARBOSA
le 5 janvier 2023
par R.D.
PILEV, Kyril
le 16 décembre 2021
par R.D.
PINGEON, Gustave, Adolphe
le 17 juin 2021
par R.D.