logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BARAGE, André « Le Corbeau »
Né le 6 mars 1852 à Sauvigny-les-Bois (Nièvre) - Ouvrier lamineur - CGT - Pamiers (Ariège) – Imphy (Nièvre)
Article mis en ligne le 25 mai 2008
dernière modification le 12 mars 2016

par R.D.
logo imprimer

André Barage dit Le Corbeau travailla d’abord à Imphy ; en février 1879, il fut condamné à un mois de prison par le tribunal de Nevers pour coups et blessures ; il s’établit ensuite à Pamiers (Ariège) où un rapport de police signalait qu’il y fréquentait les groupes révolutionnaires et qu’il était placé sous surveillance comme anarchiste.

Après un accident du travail et le procès qu’il avait intenté à l’usine, Barage revint à Imphy dans la première quinzaine de novembre 1892. Lecteur de La Révolte de Jean Grave et diffuseur du Père Peinard de Pouget, il était alors en relations avec Paul Bernard et avec les frères anarchistes Thuriault et militait activement à la Bourse du Travail. Le 18 janvier 1894, pour la deuxième fois en moins d’un mois, il était verbalisé pour colportage de journaux anarchistes et condamné à un jour de prison par le tribunal de police de Nevers. Le 19 février 1894 il fut l’obet d’une perquisition au cours de laquelle furent saisi une correspondance avec P. Bernard et Jean-BaptisteThuriault et des brochures anarchistes.

Selon un rapport du commissaire de Nevers (18 janvier 1897) adressé au Préfet, il aurait tenté en vain de créer un syndicat d’ouvriers métallurgistes à Imphy. Sa femme, (née Picard le 9 avril 1861 à Nevers), et dont le frère fut conseiller municipal de Nevers, était aussi surveillée que lui ; on lui attribuait un caractère violent et exalté, un certain ascendant sur son mari dont elle partageait les idées et elle était considérée comme plus énergique que lui.

Au début du siècle, et toujours selon la police, A. Barage se serait assagi et n’aurait plus afficher « ses idées libertaires que lorsqu’il est pris de boisson ». Toutefois il était toujours considéré comme dangereux et était maintenu sur les listes d’anarchistes à surveiller.

P.S. :

Sources : Arch. Dép. Nièvre, série M, Anarchistes, 1892-1905 = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier…, op. cit. // Arc. Nat. F7/12508 //


Dans la même rubrique

Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10