Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site

BELVERGE, Antoine

Né à Levallois-Perret le 24 septembre 1886 — Ouvrier miroitier — Paris
Article mis en ligne le 27 octobre 2007
dernière modification le 15 juillet 2024

par R.D.

Domicilié 23 rue Saint-Sabin, Antoine Belverge (pardois orthographié Belleverge), de tendance individualiste, était membre au début des années 1910 du groupe Les réfractaires qui avait mené une campagne active pour la libération de Kilbatchuche (Victor Serge) et fréquentait les réunions tenues par les individualistes au 26 rue des Carmes. Il était également membre du groupe Libres entretiens dont il avait été à l’iniative de la reconstitution, du Foyer anarchiste du XIe arrondissement, du groupe Les Réfractaires fondé en janvier 1913 par E. Armand et Jacob et du groupe des XIe et XIIèmme arrondissement dont le secrétaire était Laurent Desgouttes et avait participé au Milieu libre de la Pie fondé au printemps 1913 par G. Butaud.

Début juin 1914 la police signalait qu’il s’était installé récemment à Verrières le Buisson (Seine-et-Oise) dans une « maison qui lui appartiendrait » avec sa jeune compagne Victorine Bon (épousée en octobre 1910) et un enfant âgé de 2 ans et qu’il avait l’intention de passer la saison dans la localité.

Mobilisé au début de la guerre au 146è Régiment dinfanterie, il fut atteint de fièvre typhoïde et était à le 3 juillet 1915 en position de réforme temporaire à Carcassonne. Il fut, à cette époque, avec notamment E. Armand, E. Gravelle, Charles Michel et J. Bonneton, l’un des promotteurs de la publication du journal Pendant la mêlée (Paris, 4 numéros du 15 novembre 1915 au 15 janvier 1916). Il participait également aux réunions tenues autour d’E. Armand à la Maison commune du 49 rue de Bretagne (cf. Rapport de police, 7 mai 1916).

En 1917 il n’étaitplus signal dans les réunions anarchistes.

Antoine Belverge figurait en 1923 sur une liste établie par la police recensant « les anarchistes disparus du département de la Seine à rechercher » ; Il était précisé qu’il avait quitté Paris en 1916.

Dans les années 1930 il était le créateur et le propriétaire de la Piscine Molitor (porte de Molitor) et sous le nom de Les Belles piscines de France se proposait de construire des établissements de ce genre dans toutes les villes de France.


Dans la même rubrique

BELLON, Joseph, Alexandre

le 19 juin 2024
par R.D.

BELLER, Emile

le 14 avril 2024
par R.D.

BENAIGES, Alejandro

le 3 janvier 2024
par R.D.

BECERRA, Antonio

le 3 janvier 2024
par R.D.

BEAUDOIN, Auguste

le 22 novembre 2023
par R.D. ,
Dominique Petit