logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GORION, Louis, Léon, Jules Auguste « Alfred BRETON »
Né à Paris le 14 mars 1885 – mort en juillet 1952 - Ouvrier cimentier - CGT – Montmorency (Val d’Oise)- Pierrefitte (Seine-Saint-Denis)
Article mis en ligne le 24 septembre 2007
Dernière modification le 24 mars 2020

par R.D.

Auguste Gorion, qui avait eu une enfance malheureuse, était sorti de l’école à l’âge de 10 ans pour être placé dans une ferme et y garder les vaches. Autodidacte, il fut pris en mains par un ouvrier socialiste qui orienta ses lectures. Puis il s’orienta vers l’individualisme et fut très influencé par le "Manuel du soldat" de G. Yvetot. Il militait en 1905 à Montmorency où il demeurait 8 rue du Temple.

Le 12 janvier 1907, il avait été condamné à 13 mois de prison et 5 ans d’interdiction de séjour pour "infraction à la police des chemins de fer, vol, enlèvement de mineurs et port d’arme prohibée".

En mars 1908, à l’occasion des élections, il organisait à son domicile, 11 rue de l’Hôtel Dieu à Argenteuil, une réunion abstentionniste afin d’organiser la propagande anti-électorale.

En octobre 1908 il fut, avec entre autres E. Girault et Lapierre, l’un des fondateurs du groupe les Causeries libertaires d’Argenteuil. Il était alors un actof diffuseur de journaux, brochures et placards anarchistes.

Lors de la grève des maçons de la région de Montmorency en 1910, il fut condamné à 18 mois de prison et 5 ans d’interdiction de séjour. Suite à une intervention de la Ligue des Droits de l’homme, il fut autorisé à sa sortie de prison en juillet 1911 à résider à paris jusqu’au rétablissement de sa santé.

Puis il s’établissait à Pierrefitte (7 passage Gillet) où il devenait l’administrateur de l’organe individualiste Le Réveil de l’Esclave (42 numéros du 1er mai 1920 à avril 1925) dont le secrétariat de rédaction était assumé par A. Lorulot, puis par Manuel Devaldés qui sur cette période témoigna plus tard : "j’ai pu apprécier les qualités de Gorion, excellent camarade, ferme en ses convictions, conciliant néanmoins et d’une probité parfaite...un grand gars doux , serviable, dévoué, énergique cependant et sur le visage duquel les misères subies depuis l’enfance ont laissé une indélébile empreinte de gravité et d’amertume" (cf. préface aux "Cris de révolte"). Il collaborait également au Semeur de Normandie (Caen-Falaise, 1923-1936) publié par Emile Bauchet et diffusait l’organe anticlérical La Calotte de Lorulot. Dans les années 1930 il se consacrait à l’action syndicale et fut condamné à 18 mois de prison pour « entrave à la liberté du travail ». Il collabora à cette époque au n°35 des cahiers de la Bibliothèque de l’Artistocratie (1931-1939) édités par Gérard de Lacaze-Duthiers où il publia une plaquette préfacée par Han Ryner et intitulée "Les mots croisés du militant". Militant de la Libre Pensée il habitait alors 123 avenue Nungesser et Coli à Pierrefitte.

Auguste Gorion a été incinéré le 7 juillet 1952 au cimetière du Père Lachaise.

Œuvres : - Cris de révolte contre l’iniquité sociale et les exploiteurs du peuple (Ed. de l’auteur, 1950).


Dans la même rubrique

0 | 5

GOMEZ ACOSTA, Agustin « AGUS »
le 28 février 2020
par R.D.
GORI, Minos
le 5 août 2019
par R.D.
GORI,Giorgio
le 5 août 2019
par R.D.
GORI, Pietro
le 6 juillet 2019
par R.D.
GONZALEZ GONZALEZ, Antonio
le 5 février 2019
par R.D.