logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GONZALEZ INESTAL, Miguel
Né à Florida de Liebana (Salamanque) en mai 1903 – mort en 199 ? - Maçon - FAI – MLE – CNT – CGT – Madrid (Nouvelle Castille) – Pasajes – San Sebastian (Euskadi)
Article mis en ligne le 18 septembre 2007
Dernière modification le 17 décembre 2013

par R.D.

Emigré très jeune en France, Miguel Gonzalez Inestal y avait participé à une manifestation de la CGT lors du 1er mai 1919. Retourné en Espagne au début des années 1920, il avait adhéré –comme ses frères Nicasio et Serafin – à la CNT. Son activité syndicale lui valait de passer deux années en prison pendant la dictature de Primo de Rivera.

Lors de la proclamation de la République il aurait été avec Juan Peiro l’un des compagnons ayant remis aux autorités les papiers nécéssaires à la légalisation de la CNT. Délégué au Congrés de 1931 du syndicat de la construction de Madrid qu’avec Cipriano Mera, Benito et Mora il avait contribué à fortement renforcé tout en exluant les éléments communistes, il était membre du groupe Los Intransigentes de la FAI. Nommé délégué permanent et rémunéré de la CNT à Pasajes, il y organisait en 1932-33 le syndicat des pêcheurs (2.000 adhérents). Membre de la rédaction de CNT il participait alors à de très nombeuses tournées de propagande et meetings tant dans les provinces nord que dans le reste de l’Espagne - Gijon (avril 1932), Oviedo, Sotrondo, Laviana (mai 1932), Séville (septembre 1932), Madrid (juillet 1933, avril 1934), tournée de propagande aux Canaries avec Ricardo Sanz en 1934 – et participait au congrès de la CNT des Canaries en 1933. Il aurait été arrêté à la même époque à Puerto de Santa Maria avec B. Durruti. Membre de la Fédération nationale de l’industrie de la pêche, il fut l’un de ses délégués au congrès de Saragosse en mai 1936.

Lors du soulèvement franquiste de juillet 1936, il participait aux combats à San Sebastian où il était à partir d’août le responsable aux transports et communications de la junte de défense. Puis il gagnait Madrid où le 6 octobre 1937 il était nommé commissaire général adjoint de l’armée de terre –en remplacement d’Angel Gonzalez- et représentant de la CNT à l’Etat major central et à l’inspection des milices. Au fur et à mesure de la guerre il allait se montrer de plus en plus partisan des thèses collaborationistes appuyant la participation gouvernementale, la militarisation, la discipline, etc. En 1937 il participait aux divers meetings de la FAI pour y défendre la nouvelle structure de l’organisation adoptée au plenum de Valence (juillet) et qui abandonnait les classiques groupes d’affinité. En octobre 1938, lors du plenum national du mouvement libertaire tenu à Barcelone, il s’y fit l’avocat du travail réalisé par le Commissariat à la guerre et déplora l’incompréhension dont faisait preuve une grande partie de la militance confédérale.

Exilé en France lors de la retirada, il fut nommé à Paris comme délégué de la CNT auprès d’un organisme d’évacuation vers l’Amérique latine. Il partait lui-même alors pour un long exil où il allait tour à tour résider à Saint Domingue, Cuba, en Bolivie et au Chili avec sa compagne Trinidad Urien. Revenu en Espagne en 1973, il appartenait à la rédaction de Sindicalismo (Madrid, 1975-1977) une revue légale qui, du moins au début, devait servir de tremplin à la réorganisation de la CNT. Il participait en 1979 au premier congrès tenu par la CNT en Espagne après la mort de Franco. C’est à la suite de ce congrès que se produisait une scission du mouvement confédéral ; il adhérait alors à la CNT dite rénovée puis à la CGT au sein desquelles il allait intervenir comme conférencier.

Miguel Gonzalez Inestal est décédé à Madrid dans les années 1990.

Œuvres : - Cipriano Mera revolucionario (La Havane, 1943) ; - La Toma de Teruel (Barcelone, 1938).
Miguel Gonzalez Inestal a également collaboré dans les années 1930 aux journaux Campo Libre, CNT, Avance Maritimo, Proa (Elda, 1935) et à l’organe de la CNT du centre Castilla Libre (Madrid, 1978).


Dans la même rubrique

0 | 5

GOMEZ ACOSTA, Agustin « AGUS »
le 28 février 2020
par R.D.
GORI, Minos
le 5 août 2019
par R.D.
GORI,Giorgio
le 5 août 2019
par R.D.
GORI, Pietro
le 6 juillet 2019
par R.D.
GONZALEZ GONZALEZ, Antonio
le 5 février 2019
par R.D.