logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BERTHET, Claude « SATANAS »
Article mis en ligne le 21 juillet 2007

par R.D.

Pendant l’occupation allemande, Claude Berthet avait été réquisitionné au titre du service du Travail Oblogatoire (STO) et interné au camp de Metgethen près de Koenisberg où il allait rester 18 mois avant d’être libéré le 30 janvier 1945 par l’armée rouge qu’il décrivit ainsi : « …armée composée de pauvres types…assoiffés de sang, parce que gorgés d’alcool, suivant une habitude bien militaire…Ils pillent les maisons, poignardent femmes et fillettes après les avoir violées, tirent au petit bonheur sur tout ce qui bouge, dévalisent les prisonniers français ou autres (montres, briquets, couteaux, bottes, etc), tuent tout ce qui résiste…Trois de nos camarades tombèrent ainsi » (cf. L’Insurgé, n°1, octobre 1945). Avec les autres prisonniers, ainsi « libérés », en colonne et à pied, par étapes de 25 à 30 km en plein hiver, il est évacué vers Goubinen où il arrive le 1er mars et est interrogé une énième fois par la GPU. Puis pendant quatre mois, en train,, il va errer en URSS, entre Leningrad et Mourmansk avant de pouvoir embarquer le 31 juillet pour la Norvège, pour enfin débarquer à Dieppe le 6 septembre. De son séjour en URSS, il dira : « En URSS, c’est le fascisme intégral (le fascisme touge) qui ne recule devant rien, pour lequel l’undividu, soldat ou travailleur, ne compte pas. Il doit marcher. Voilà ce qu’ont fait les bolchévoks : un régime plus atroce que celui des Tsars ».

La série d’articles sur cette expérience, qu’il avait publié dans L’Insurgé sous le pseudonyme de Satanas a été éditée en brochure en février 1946 sous le titre « Sur le chemin du retour » (12 p.)


Dans la même rubrique

0 | 5

BERENGUER MADRID, Francisco
le 25 septembre 2019
par R.D.
BEURJOT (femme)
le 10 septembre 2019
par R.D.
BERTREUX, Pierre, Baptiste
le 25 mars 2019
par R.D. ,
Dominique Petit
BESCOS, Pascuala
le 12 mai 2018
par R.D.
BESSY, Marie
le 24 avril 2018
par R.D. ,
Françoise Fontanelli Morel