Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

FONTARNAU PRESSEGUER, Ramon “Ramon FOLCH”

Né le 13 février 1910 à La Guixa (Vich) — assassiné par les staliniens le 22 septembre 1944 — Ouvrier fondeur — FIJL — CNT ACUN — Vich (Barcelone) — Firminy (Loire) — Aude
Article mis en ligne le 2 juin 2024
dernière modification le 23 juillet 2024

par R.D.

Militant de la Sociedad obrera CNT de Vich (Barcelone), Ramon Fontarnau Presseguer avait été lors du coup d’État franquiste de juillet 1936, l’un des trois responsables — avec Ramon Mas Morato et Manuel Galindo — de l’une des deux patrouilles de contrôle à Vich. Jusqu’à l’automne 1936 il anima également plusieurs meetings des jeunesses libertaires (FIJL) de la zone de Vich, puis était parti comme volontaire pour le front d’Aragon avec un groupe de miliciens du POUM. Ce groupe avait rejoint la Colonne Arquer Piquer (POUM) qui allait combattere dans le secteur d’Alcubierre et de Huesca. Parallèlement il envoyait des chroniques régulières au journal du Comité révolutionnaire de Vich Hora Nueva. Après la militarisation son groupe deviendra le premier bataillon de la première compagnie de la 128e Brigade Mixte de la 29e Division (Division Lénine). Après les évènements de mai 1937, Ramon Fontarnau avait rédigé une tribune alertant les cénétistes sur les dangers représentés par le PSUC stalinien.

En janvier 1939 il passait en France lors de la Retirtada et était interné au camp de Septfonds d’où, le 11 février 1940, il fut envoyé travailler come ouvrier fondeur aux Aciéries et Forges de Firminy (Loire).

A la fin de l’été 1944, après avoir rejoint le maquis, il se trouvait à Camurac (Aude) où avec son beau-frère Ramon Mialet Guiteras il s’engageait sous le nom de Ramon Folch, dans la 5e Brigade de guérilleros espagnols (UNE) sans doute en vue de participer à l’opérationReconquista de España. Suite à diverses mises en garde par des compagnons sur les pratiques staliniennes et sans doute aussi au manque de préparation des pénétrations en Espagne, il avait décidé de déserter avec Ramon Mialet. Dénoncé par un membre de l’UNE, tous deux furent arrêtés par un groupe de guérilleros et transférés au siège de l’UNE à Quillan. Puis ils furent embarqués à bord d’un camion, par un groupe commandé par El Chato. Le 22 septembre 1944, après avoir traverse Escouloubre-les-Bains, le camion simula une panne, les deux prisonniers furent descendus du camion et abattus par El Chato, puis leurs cadavres avaient été jetés en contrebas d’un talus.

Leurs corps furent retrouvés le 15 avril 1946 et avaient été inhumes dans la fosse commune du cimetière d’Axat. Ce n’est qu’en 1953 qu’ils seront identifiés lors d’une enquête de gendarmerie lors des poursuites engages contre leurs assassins.

Un frère de Ramon Fontarnau, Miguel, avait été emprisonné lors de l’entrée des franquistes à Vich, puis avait été transféré au camp de concentration de Horta. Une de ses sœurs avait également été victime de la répression.


Dans la même rubrique