logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
FORET, Jean Baptiste, Victor
Né à Bazancourt (Reims) le 15 mai 1870 - Manouvrier ;ouvrier boulanger - Reims (Marne) - Guyane
Article mis en ligne le 2 juin 2007
Dernière modification le 9 janvier 2020

par R.D.

Jean Baptiste Foret (parfois orthographié Forest dans la presse) avait été condamné à la fin des années 1880 par la Cour d’Assises de l’Aube, à 2 ans de prison pour un homicide survenu lors d’une rixe. Remis en liberté conditionnelle il militait au début des années 1890 à Bazancourt (Reims) où, à l’automne 1891 il avait fondé le groupe d’études sociales Union libérale et il fut soupçonné en 1892 d’être l’auteur des placards anarchistes apparus dans la localité. Il était à cette époque en contact avec Rascle à Lyon. Il figurait comme anarchiste "militant" sur la liste d’anarchistes de Reims établie par le Préfet le 29 mars 1892. Il était également soupçonné de vouloir former un nouveau groupe Les Vengeurs de Ravachol.

Jean Baptiste Foret avait été arrêté en 1893 pour une tentative de vol de lapins à la Compagnie de L’Urbaine à Saint-Ouen. Lors de son arrestation l’un des gendarmes lui avait cassé un bras à coups de sabre. Dans son livret militaire avait été trouvé un imprimé intitulé "Au peuple de Paris" et se terminant par "A bas les parasites et les vendus ! Vive la Révolution sociale !". Lors du procès il avait déclaré "La reprise individuelle est un droit !" et avait fait l’éloge de Ravachol. Condamné à mort, il resta 72 jours dans une cellule de la Roquette avant que la peine soit commuée en travaux forcés à perpétuité pour « tentative de meurtre » - lors du vol, il avait blessé un bourgeois qui s’interposait - il fit partie du convoi qui embarqua à Saint Martin de Ré le 18 décembre 1893 sur le Ville de Saint Nazaire à destination du bagne de Cayenne. Dans ce même convoi figuraient également les compagnons Louis Chenal, Henri-Pierre Meyrueis et Joseph Crespin. A leur arrivée ils refuseront de saluer Clément Duval dont on leur avait dit qu’il était un mouchard. C’est Charles Simon Biscuit qui, à leur arrivée à Saint Joseph, démentira cette calomnie et les trois hommes s’excuseront auprès de Duval.

Le 3 juin 1893, un meeting de soutien auquel participèrent plusieurs centaines de compagnons, avait été tenu salle du Commerce à Paris où prirent notamment la parole Jacques Prolo, Leboucher et Eugénie Collot.

Foret avait laissé en France sa compagne Léontine Guérin dans le plus grand dénuement avec deux enfants et au profit de laquelle une souscription fut ouverte par Jean Grave.

Foret sera accusé d’avoir participé à la révolte des forçats anarchistes mais le 22 juin 1895 il était finalement acquitté de ce chef d’accusation. En décembre il se trouvait au pénitencier de Saint Joseph sur l’île du Salut (matricule n°26120). Son cas sera défendu par la presse libertaire et en particulier par Séverine.

Foret sera finalement gracié et pourra rentrer en France. Le 10 décembre 1901, depuis Cayenne, il écrivait à Liard Courtois qu’il allait tenter d’être rapatrié sur Le Calédonie et ajoutait : "Depuis ma mise en liberté, les poches vides et l’estomac creux, je constate avec plaisir que vos efforts ont été couronnés de succès et cela grâce aux profondes convictions des compagnons qui ont surmonté tous les obstacles opposés par la presse servile et erronée à la propagation de la lumière de nos sublimes idées marchant lentement mais surement....Bien à toi à l’anarchie" (cf. Le Libertaire, 12 janvier 1902)

Le 19 janvier 1902 la police signalait son arrivée au port de La Pallice-La Rochelle sur le steamer Calédonie et son départ le lendemain pour Bazancourt où il devait continuer à être sous "surveillance nécessaire et à signaler, s’il y a lieu, ses déplacements conformément aux instructions".

Foret s’installa définitivement à Reims où il devint le gérant du café de la caisse d’épargne au 16 rue de Mars. En septembre 1902 il fut proposé à la radiation des listes de contrôle des anarchistes.


Dans la même rubrique

0 | 5

FLISCHFISCH, Samuel « SAM »
le 22 juillet 2020
par R.D.
FOLCH, Vicente
le 1er mars 2020
par R.D.
FORTIN, Louis, Auguste
le 1er février 2020
par R.D.
FOTI, Franco
le 16 août 2019
par R.D.
FORNARI, Vito
le 3 août 2019
par R.D.