logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
INFANTES, Petronilla « PETA »
Née le 29 juin 1911 à La Paz – morte le 8 octobre 1991 - Cuisinière - La Paz (Bolivie)
Article mis en ligne le 6 février 2020
Dernière modification le 9 février 2020

par R.D.
Petronilla Infantes

C’est encore jeune enfant que Petronilla Infantes avait suivi ses parents à Eucaliptus où après la mort de son père , sa mère travailla comme serveuse pour l’entreprise étrangère qui exploitait la mine d’or. C’est à ses cotés qu’elle apprit alors le métier de cuisinière.

En 1932 , lors de la guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay, elle perdit son mari, puis son emploi à la suite de la fermeture de la société minière nord-américaine. Restée seule avec deux jeunes enfants, elle gagnait alors La Paz avec sa mère et retrouvait un emploi de cuisinière.
En 1935, révoltée par les conditions de travail, elle fondait l’Union syndicale des cuisinières et professions similaires (Union Sindical de Culinarias y Ramas Similares) adhérent à l’organisation anacho syndicaliste Federacion obrera local (FOL).

Lors du congres ouvrier tenue en 1936, avec Rosa Rodriguez de Calderon, elle fut la déléguée du syndicat des cuisinières qui à cette époque représentait 13 branches d’ouvrières (cuisinières, blanchisseuses, laitières, marchandes de fleurs, domestiques…). Excellente oratrice , lors d’une manifestation de la FOL, elle avait donné une conférence à « mis compañeras proletarias  » où elle avait revendiqué l’égalité de salaire avec les hommes et appelé à la lutte contre la soumission au travail.
Très populaire et surnommée Peta, elle mena également la lutte contre l’interdiction faite aux femmes indigènes de pouvoir prendre le tramway. Lors du congrès de 1936 elle fit approuver les résolutions suivantes : Libre expression des idées, Liberté de la presse, L’art culinaire reconnu comme une profession, 8 heures de travail par jour, Repos le dimanche, Remplacement du mot domestique par employé aux tâches ménagères.

C’est au cours du conflit sur les tramways qu’elle rencontra l’ouvrier ébéniste José Mendoza Vera qui allait devenir son compagnon, avec lequel elle allait vivre en union libre , considérant comme les autres militantes de la Federacion obrera Femenina (FOF) que « le mariage était une affaire de prêtre et de notaire  » et dont elle allait avoir plusieurs autres enfants

Au sein de la FOF elle mena la lutte non seulement sur les conditions de travail mais aussi pour l’égalité et la dignité de la femme, le droit au divorce et à la garde des enfants et aussi le droit des femmes d’origine indigène à se syndiquer.

Dans les années 1940, lors de la réorganisation de la FOF, elle en fut nommée secrétaire générale en 1944 et occupa ce poste jusqu’en 1952 où, suite à la Révolution nationale, la FOL s’était dissoute et ses syndicats avaient alors adhéré à la COB (Central Obrera Boliviana) de caractère hégémonique et masculin. Elle s’éloigna alors du militantisme.

Petronilla Infantes est décédée à La Paz le 8 octobre 1991.


Dans la même rubrique

0 | 5

IEGOROV-ZENZINOV
le 26 juillet 2020
par R.D.
ISAMBERT, Yoann
le 5 avril 2020
par R.D.
IZQUIERDO, Maria, Eva
le 9 février 2020
par R.D.
ISRAËL, Lucien
le 11 septembre 2019
par R.D. ,
Guillaume Davranche
IGUAL, Emilio
le 8 septembre 2019
par R.D.