logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BERNARDI, Aldo
Né le 27 novembre 1888 à Imola – mort le 11 août 1919 - Instituteur – UAI - UCAI - USI – Imola & Bologne
Article mis en ligne le 9 décembre 2019

par R.D.

Aldo Bernardi fut le rédacteur en chef du mensuel anarcho-syndicaliste Il Pungolo, publié à Imola entre 1912 et 1913. Il organisa des rassemblements dans la région d’Imola pendant la campagne en faveur de Masetti (voir ce nom).
Le 21 juin 1914, en tant que délégué du groupe anarchiste d’Imola, il participa au congrès anarchiste de Forlì, où il critiqua l’adhésion à la CGDL et prôna l’engagement des anarchistes dans l’Union syndicale italienne ( l’USI).
Après avoir déménagé à Bologne, il trouva du travail en tant qu’enseignant et appliqua des méthodes pédagogiques tolstoiennes et libertaires qui choquèrent ses collègues.

Le 10 juin 1914 à Castelfranco Emilia il organisa un rassemblement exhortant la foule à participer à la Semaine rouge ; il fut été arrêté le 27 juin "parce qu’il provoquait des troubles" lors d’un rassemblement électoral tenu à Bologne sur la Piazza Nettuno.

Collaborateur de l’organe de l’USI Guerra di classe et de L’Avvenire anarchico , il était un membre influent du cercle anarchiste E. Covelli , promoteur de la convention nationale anarchiste clandestine tenue à Florence à l’été 1916. Ce même groupe organisa le congrès fondateur de l’union anarchiste d’Emilie Romagne (Bologne, 31 décembre 1916).
Engagés dans l’anti-interventionnisme, les membres du cercle Covelli furent persécutés par les autorités : Aldo Bernardi qui précédemment avait été réformé, fut déclaré apte et enrôlé dans l’infanterie. Il se déclara incapable d’actes de rébellion active mais refusa de partir pour le front, où il fut emmené par les carabiniers, au risque d’être fusillé, mais où il fut alors déclaré fou et interné à l’asile d’Imola, où il parviendra à se consacrer à l’étude de Proudhon.
Libéré juste avant l’armistice, il reprit son activité au Fascio Libertario Bolognese et publia ses traductions des écrits de Bakounine dans des journaux anarchistes.

En 1919, il intégra la Commission de correspondance de l’Union régionale de l’UAI qui le délégua au Congrès national de l’UCAI (Florence avril 1919). Ce même mois, il avait tenu une réunion à Castel Bolognese qui avait été interrompue à plusieurs reprises par le lieutenant des carabiniers. A l’occasion de la grève de soutien à la révolution russe des 20 et 21 juillet 1919, il intervint au nom des anarchistes lors des rassemblements de Bologne et d’Imola. Personnalité intellectuelle et morale, Aldo Bernardini était également apprécié des autres opposants politiques. Optimiste quant à un bouleversement social à venir dû aux bouleversements révolutionnaires traversant l’Europe, il contractait la "grippe espagnole" dont il décédait à Bologne le 11 août 1919.


Dans la même rubrique

0 | 5

BERTHOLAT, P.
le 28 novembre 2019
par R.D.
BERTHO, François, Elie
le 28 novembre 2019
par R.D.
BERENGUER MADRID, Francisco
le 25 septembre 2019
par R.D.
BEURJOT (femme)
le 10 septembre 2019
par R.D.
BERTREUX, Pierre, Baptiste
le 25 mars 2019
par R.D. ,
Dominique Petit