logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
FAGES, Eugène, Victor
Né vers 1847 - Ouvrier drapier ; tisseur - Vienne (Isère)
Article mis en ligne le 9 avril 2007
dernière modification le 13 septembre 2018

par R.D.
logo imprimer

Fagés (parfois orthographé Fage) , ancien militaire dont la carrière avait été interrompue par une grave blessure reçue pendant la guerre de 1870-71 et qui l’avait laissé infirme, avait d’abord vécu à Grenoble avant de venir travailler dans l’industrie drapière de Vienne (Isère). Très vite il y participait à l’agitation révolutionnaire et devenait au début des années 1880, un des principaux animateurs du groupe anarchiste Les Indignés inspiré par Pierre Martin Le Bossu. Pendant une dizaine d’années il allait être un des animateurs de tous les mouvements revendicatifs et de toutes les actions politiques du prolétariat viennois. Considéré comme un élément particulièrement dangereux, il était étroitement surveillé.

Eugène Fagés , veuf et sans enfants, était membre de la Fédération révolutionnaire de la région est, qui regroupait au début des années 1880 la plupart des anarchiste de la région est. Il fût avec Sala, délégué du groupe Les Indignés de Vienne à la réunion anarchiste internationale de Genève les 13-14 août 1882 organisée à l’initiative de la Fédération Jurassienne et à laquelle participèrent entre autres : T. Bordat, Morel, les frères Trenta, Pejot, Régis Faure, Etienne Faure et Ricard (voir Herzig).

Fagés fut à l’initiative d’une souscription pour offrir un revolver d’honneur à Fournier, l’ouvrier gréviste, qui avait tiré le 24 mars 1882 sur un patron à Roanne (Loire).

A cette époque il fut parfois le délégué de Vienne aux réunions tenues chez Bordat à Lyon.

A la suite des manifestations des mineurs à Montceau les Mines en août 1882 et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882, il fût impliqué dans le procès dit des 66 (voir Toussaint Bordat) qui s’ouvrit à Lyon devant le tribunal correctionnel le 8 janvier 1883. Prévenu de la première catégorie, Fagés fût condamné le 19 janvier à un an de prison, 100f d’amende et 5 ans de privation des droits civiques, civils et de famille. Ce jugement fût confirmé par la cour d’appel de Lyon le 13 mars 1883.

Début 1887, il demeurait 125 rue Serpeize et figurait sur une liste d’anarchistes de Vienne où il était qualifié de "dangereux"

Le 1er mai 1890 il fut fut arrêté à la suite des incidents à Vienne (voir Pierre Martin)

Eugène Victor Fages aurait été l’ancien chef de la chorale de Genève.

P.S. :

Sources : « Le procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon.-Lyon, 1883 » = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier…, op. cit. // Arc. Nat. F7/12504 // La Révolte, 30 mai 1890 // AD Isère 75M1 // AD Rhône 2U433, 4M306, 4M307 //


Dans la même rubrique

0 | 5

FALTSBLATT
le 17 mai 2018
par R.D.
FALLIERES
le 20 septembre 2017
par R.D.
FALGAS MARTI, Santiago
le 23 juillet 2016
par ps
FALGAS, Samuel (ou Manuel ?)
le 23 juillet 2016
par ps
FALCA, Fortunato
le 22 juillet 2016
par ps
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10