logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BELLER, Nicolas, Joseph, Jean-Baptiste
Né le 22 janvier 1867 à Gernelle (Ardennes) - mort au bagne le 21 avril 1909 - Ouvrier mouleur - Charleville Mezières (Ardennes) – Reims (Marne)
Article mis en ligne le 28 avril 2015
dernière modification le 9 janvier 2017

par ps
logo imprimer

Anarchiste trimardeur voyageant le plus souvent à pieds, Nicolas Beller, qui demeurait à Mohon (Charleville Mezières) avait été signalé comme ayant disparu de Charleville Mezières (Ardennes) à l’été 1896 puis à l’été 1897.

Nicolas Beller, venant de Paris, avait été arrêté en septembre 1901 pour « vagabondage » à Chalons sur Marne. Remis en liberté suite à un non-lieu, il avait déclaré aller à Ay (Marne) pour y faire les vendanges et rentrer dans les Ardennes pour y trouver du travail. Lors de son interrogatoire il aurait signalé un dépôt de dynamite à Thiercelet-Longwy (Meurthe et Moselle) [en fait un dépôt légal] et un autre dans l’arrondissement de Mézières. Sous la promesse de la faire rayer de la liste des anarchistes, il aurait également dit avoir participé le 5 septembre au 61 rue Saint Jacques (Paris Vè) à une réunion de compagnons où avait été décidé un attentat contre le Tzar lors de son voyage à Paris, ajoutant qu’il avait été désigné pour le commettre et qu’une somme de 50 fr lui avait été donnée en secours. Une nouvelle réunion prévue le 17 septembre devait fixer les conditions de l’attentat. Toujours selon la police, il avait ajouté : "...En outre une nouvelle provision de 500 fr me sera versée et, si je réussis, je toucherais une somme de 10.000 fr...Enfin les compagnons m’ont condamné à mort au cas où je me déroberais. Malgré cela, je ne veux pas faire le coup et puisque je vous ai cassé le morceau, je vais partir pour la Belgique où j’espère trouver à me cacher suffisamment pour ne pas être découvert". Le commissaire ajoutait toutefois à propos de ces révélations : "J’hésite à les croire sérieuses et je me demande s’il n’a pas plutôt voulu se rendre intéressant à mes yeux".

Il avait été en 1902 inscrit à l’état vert n°2 des anarchistes. A l’été 1902, avec son frère Emile, il était allé faire les vendanges à Epernay, puis, après avoir été signalé comme disparu de la Marne, avait regagné Charleville Mezières.

Au début des années 1920, un état des anarchistes des Ardennes, signalait qu’il était décédé le 21 avril 1909 aux "îles du Salut".

P.S. :

Sources : AD Marne 30M83, 30M103, 30M110// AD Ardennes 1M143 //


Dans la même rubrique

0 | 5

BELLET, Agustin
le 14 septembre 2018
par R.D.
BEAUFORT, Gilbert, Jules
le 19 juillet 2018
par R.D.
BELLY, Joseph
le 13 mars 2018
par R.D.
BELLE, Antoine
le 1er janvier 2018
par R.D.
BENICOURT, Gustave « RAVACHOL »
le 17 septembre 2017
par R.D.
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10