Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
PEREZ, José Maria
Né le 19 mars 1914 à El Burgo (Saragosse) – mort le 6 décembre 1993 - Paysan ; ouvrier du bâtiment – MLE – CNT – Saragosse (Aragon) – Virsac & Bordeaux (Gironde) – Pau (Pyrénées-Atlantiques)
Article mis en ligne le 7 octobre 2014
dernière modification le 26 octobre 2023

par ps

Comme ses frères José et Pascual, José Maria Perez avait commencé à militer très jeune à la CNT de El Burgo (Saragosse). Lors du coup d’État franquiste de juillet 1936, alors que ses deux frères étaient assassinés, il parvenait à s’échapper, à franchir l’Ebre et à gagner la zone républicaine où il s’enrôlait à Bujaraloz dans la Colonne Durruti. Pendant toute la durée de la guerre il allait faire partie des groupes chargés des opérations d’infiltration derrière les lignes franquistes. Lors d’un séjour à Barcelone il rencontra sa compagne Miguela Salis qu’il allait épouser et dont il allait avoir un fils.

Passé en France lors de la Retirada, il fut interné dans divers camps puis envoyé travailler comme ouvrier agricole dans la zone de Septfonds. Après l’arrivée des allemands, il avait quitté Septfonds pour aller à Bordeaux où il fut réquisitionné pour aller travailler dans la forêt des Landes à Biscarosse où il participait à la reconstruction de la CNT.

A la Libération, avec 3 autres compagnons – Luis de Esplus, El Rubio et Izquierdo Soria – il faisait l’acquisition d’une propriété viticole à Virsac (Gironde) qui allait être exploitée collectivement et dont le bâtiment allait servir d’hôtel-restaurant et de siège à la FL-CNT. En 1950 sa compagne et leur fils, restés en Espagne, parvenaient à le rejoindre, et la famille s’agrandissait bientôt avec la naissance d’une fille. C’est à ce moment, que quelques jours avant les vendanges, la propriété, qui n’était pas assurée, était entièrement détruite par la grêle. José Maria Pérez et sa famille partaient alors pour Bordeaux où il allait travailler comme ouvrier du bâtiment et militer à la FL-CNT.

Après plusieurs opérations de l’estomac qui entraînèrent sa mise en invalidité et une pré-retraite, il trouvait en 1976 un emploi de métayer sur la commune de Lasseube près de Pau qu’il allait gérer tandis que sa compagne s’y occupait des animaux (poules, lapins et moutons). Bientôt la ferme devint un point de rencontre de nombreux compagnons espagnols, ce qui ne fut pas apprécié par le propriétaire, un docteur du Nord de la France et entraîna le départ de la famille Pérez qui s’installa alors à Pau.

José Maria Pérez milita à la FL-CNT de Pau jusqu’à une nouvelle opération qui entraina une paralysie partielle l’empêchant de marcher seul. José Maria Pérez, décédé à Pau le 6 décembre 1993, a été incinéré au crématorium de Tarbes.


Dans la même rubrique

PEREZ MARTINEZ Luisa
le 21 juin 2024
par R.D.
PEREZ, Pascual
le 7 avril 2024
par R.D.
PERBOSC, L.
le 28 décembre 2022
par R.D.
PERACINI, Moïse
le 28 décembre 2022
par R.D.
PEREZ TESAR, José
le 17 décembre 2022
par R.D.