logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BERTRAND, Auguste [PERNET, G. dit]
Paris
Article mis en ligne le 10 avril 2014

par ps
logo imprimer

G. Pernet, sous la signature Auguste Bertrand fut un collaborateur régulier des Temps Nouveaux (1895-1914) de Jean Grave qui l’avait surnommé « l’homme aux idées » et qualifié d’homme aux promesses : « Il ferait ceci, organiserait cela. Il était prêt à se charger de tout. Lui aussi n’avait qu’un défaut. C’est que une fois le dos tourné, il oubliait les promesses faites  ». Toutefois Grave concédait que, en 1909, lors de l’affaire Francisco Ferrer, ce fut lui, sous le nom de Bertrand qui aida à mener la campagne d’agitation et qui « paya de sa poche les frais du numéro exceptionnel…sous le titre "L’Echo de Montjuich" qu’il rédigea lui-même » et qui fut reproduit en brochure « La vérité sur l’affaire Ferrer », tirée à 10.000 exemplaires (Publication des Temps Nouveaux)..

Au moment de la déclaration de guerre, Grave qui craignait d’être arrêté et interné dans un camp, pensa à lui demander asile mais ne le trouva pas.

A l’automne 1917, Bertrand fut au nombre des militants - avec entre autres C. Cornelissen, J. Grave, P. Kropotkine, C.A. Laisant, C. Malato le Docteur Pierrot, P. Reclus et J. Wintsch - qui répondirent à « « l’Enquête sur les conditions d’une paix durable » constituant le numéro 8 et spécial (52 pages) des Temps Nouveaux, Bulletin (Paris, 16 numéros et 2 suppl., mai 1916 à juin 1919) édité par les partisans du Manifeste des seize.

Il collabora par la suite à la nouvelle série Les Temps Nouveaux (Paris, juillet 1919- juin 1921, 24 numéros) publié par M. Pierrot puis J. Reclus et où Jean Grave cessa toute collaboration en juin 1920, demandant au Comité de rédaction d’abandonner le titre. Lors de la réunion de rupture à ce propos, J. Grave qualifiait les propos de Bertrand, présent à la réunion, de « gasconnades  ».

Pinet fut ensuite l’éditeur d’un Annuaire industriel où en 1921 il avait embauché plusieurs compagnons dont Jacques Reclus, C. Cornelissen, E. Pouget et Desplanques ainsi que Lily Cornelissen Rupertus qui surveillait la salle des dactylos. Dans une lettre à Nettlau, cette dernière écrivait : « Si un anarchiste se met exploiteur, il me semble plus féroce qu’un autre, et notre ex-camarade qui est mon employeur n’est guère sentimental pour ses employés, au contraire  ». Après avoir quitté son emploi en 1922, elle précisait en décembre 1923 que « tous les camarades qui travaillaient chez Pernet sont sur le pavé  ». Toutefois Pernet continua par la suite à collaborer à la revue du Docteur Pierrot Plus Loin (Paris, 1925-1939) et en 1927, au moment où Nettlau envisageait de venir en France et craignait d’être expulsé, Lily Cornelissen lui écrivait « Vous pouvez être tranquille, Pernet a fait le nécessaire  ».

P.S. :

Sources : J. Grave « Quarante ans de propagande… », op. cit.// Lettres de Lily Cornelissen à Nettlau (IISG, Fonds Nettlau) // - R. Bianco « Un siècle de presse anarchiste.. », op. cit.// Notes de M. Enckell//


Dans la même rubrique

Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10