logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BIAGINI, Giovanni, Alfredo, Cesare « MUSINO »
Né le 30 mai 1903 à Ardenza (Livourne) – mort le 4 mars 1978 - Porteur ; terrassier - Livourne (Toscane) – Marseille (Bouches-du-Rhône)
Article mis en ligne le 27 septembre 2013

par ps
logo imprimer

Militant anarchiste comme son père Antonio, Giovanni Biagini Musino, pour échapper aux persécutions fascistes, avait émigré en France en 1923 et s’était fixé à Marseille où il fut avec Giulio Bacconi et Sabatino Gambetti l’un des responsables des groupes anarchistes italiens. Marié à une française dont il eut une petite fille, il fut à plusieurs reprises menacé d’expulsion à la suite de ses activités.

Suite à la mort de son épouse, il gagna la Corse d’où, le 7 octobre 1931, il s’embarqua à Bastia avec Alfredo Carpita afin d’aller chercher sa famille restée à Livourne. Après que leur barque ait été interceptée par une vedette des carabiniers, Biagini fut arrêté et transféré à Livourne. Laissé en liberté il fut arrêté le 13 mars 1932 suite à ses contacts avec les compagnons Raffaello Berti, Tullio Parlotti, Brunello Bellini, Paolo Franchesci et d’autres antifascistes et fut accusé de « conspirer contre le régime ». Le 20 mai 1932 il fut condamné à 5 ans de relégation et fut déporté à Ponza le 4 juin suivant. Il devait y subir plusieurs autres condamnations supplémentaires : 3 mois de réclusion le 22 août 1933 pour ne pas « avoir observé les obligations de la relégation » ; 10 mois de prison le 7 mai 1935 pour avoir participé à une protestation collective ; 3 mois de réclusion le 5 novembre 1936 pour « violation du règlement ». En 1937 un rapport du Préfet de Livourne le considérait comme «  l’un des plus dangereux éléments de la colonie ».

Remis en liberté le 19 juillet 1938 et revenu à Livourne il continua d’être l’objet d’une étroite surveillance et fut détenu à plusieurs reprises. Le 11 juin 1940 il fut une nouvelle fois arrêté et déporté à Ventotene comme « élément très dangereux ».

Libéré le 21 août 1943 à la chute du régime, il retourna à Livourne où il s’intégra à la Résistance et au Comité de libération nationale (CLN) et participa aux combats de la Libération.

Giovanni Biagini est décédé à Livourne le 4 mars 1978.

P.S. :

Sources : Dizionario biografico degli anarchici…, op. cit. (Notice de F. Bucci & G. Piermaria) //


Dans la même rubrique

0 | 5

BIANUCCI, Primo « MORO »
le 11 novembre 2018
par R.D.
BIDAMANT, Yves-Marie
le 3 septembre 2018
par R.D. ,
Guillaume Davranche
BLAY, Arthémond, François, Xavier
le 21 juillet 2018
par R.D.
BIANCHINI, Augusto
le 7 juillet 2018
par R.D.
BINTZ, Victor
le 29 avril 2018
par R.D. ,
Guillaume Davranche
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10