Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
MOINY, Jean
Postier - CGTU – UFSA
Article mis en ligne le 5 juillet 2013
dernière modification le 7 septembre 2023

par ps

Militant syndicaliste révolutionnaire, Jean Moiny avait été nommé secrétaire provisoire de l’Union fédérative des syndicats autonomes (UFSA) formée à la suite du congrès tenu les 1er et 2 novembre 1924 par la minorité syndicaliste révolutionnaire de la CGTU. La commission administrative provisoire comprenait alors Julien Le Pen, Corre, Eugène Juhel, Courtinat, Guillaume Verdier, Bernard Gaudeaux, Albert Guigui, Lucien Huart, Pécastaing et Sarolea. Moiny était également membre de la rédaction de La Bataille syndicaliste (n°1, 1er mai 1922).

Cependant, Moiny, en tant que membre des Groupes syndicalistes révolutionnaires, n’entendait pas que ce qui restait du mouvement syndicaliste révolutionnaire, après avoir échappé aux communistes, passe sous le contrôle des anarchistes. Il le fit savoir en écrivant une lettre de protestation au Libertaire, car certains articles y étaient parus sous la signature conjointe de syndicats autonomes et du Groupe libertaire des abattoirs. Le secrétaire de rédaction du Libertaire, Georges Bastien lui répondit sans ménagement, en qualifiant l’UFSA de « vasouillards ne représentant qu’eux-mêmes » et en lui lançant : « si le mot de libertaire vous choque […], allez voir Marc Sangnier et Marcel Cachin ».

Lors de la conférence de Saint-Ouen, le 28 juin 1925, Jean Moiny céda sa place de secrétaire de l’UFSA aux anarcho-syndicalistes Pierre Besnard et Lucien Huart.

Cette même année 1925, lors de l’enquête sur l’Unité syndicale lancée par La Révolution prolétarienne, il avait notamment répondu : “….Je ne crois pas -et je ne le désire pas actuellement - à un syndicalisme de masse embrassant TOUS les ouvriers quelles que soient leurs opinions politiques ou philosophiques. Mais je crois, et j’oeuvre dans ce sens, à la possibilité de réparer la scission, ou plutôt les scissions… Les syndicats réaliseront l’unité lorsque leurs membres auront fait l’expérience d’une part que la collaboration de classes n’apporte pas d’amélioration à leurs conditions de vie, d’autre part que la suppression des classes ne peut s’obtenir que si les syndicats dirigent la lutte et administrent la société nouvelle ".

Il s’agit sans doute de jean Moiny, membre au début des années 1920 des Jeunesses syndicalistes, révoqué des PTT lors de la grève générale de 1922, devenu correcteur à la Maison des syndicats puis au Petit Parisien et décédé dans "la fleur de l’âge" en février 1936.


Dans la même rubrique

MOLINARI, Marie [née AUSSARGUES]
le 5 juin 2024
par R.D.
MONTULET, Etienne
le 18 février 2024
par R.D.
MOLINER BARREDA, Joventino
le 23 juin 2023
par R.D.
MONTESINOS, Antonio
le 19 juin 2023
par R.D.
MONTERO, Antonio
le 19 juin 2023
par R.D.