logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
THONAR, Georges [DEBEHOGNES, Gérard, Joseph, Charles dit]
Né le 3 mars 1875 à Huy (Liège) – mort début décembre 1918 - Typographe - Herstal & Bruxelles (Belgique) – France
Article mis en ligne le 10 février 2013
dernière modification le 26 octobre 2018

par ps
logo imprimer

Gérard Debehognes dit Georges Thonar, qui avait d’abord milité dans les rangs socialistes, rallia l’anarchisme et fut l’éditeur du journal anarchiste Le pygmée (Bruxelles, au moins un numéro le 27 janvier 1895), dont le premier numéro affirmait « Notre but, il n’est pas long à définir : lutter sans trêve et sans repos pour ce qui représente l’idéal de Justice, de Vérité et de Liberté : l’Anarchie  ». Demeurant en 1896 rue de l’Orme à Vilvonde-les-Bruxelles, il collabora au bi-mensuel anarchiste L’Insurgé (Bruxelles, 3 numéros du 1er au 28 mai 1896) où il avait remplacé Emile Chapelier à l’administration ce qui lui valut, suite à des articles glorifiant la Commune de Paris - pour lequel il sera acquitté - et un autre faisant l’apologie d’Emile Henry, d’être condamné en juillet à 2 mois de prison et 50 francs d’amende. Au président qui lui avait demandé s’il approuvait les crimes d’E. Henry, il avait répondu : "Je n’ai ni à approuver, ni à désapprouver les actes d’Emile henry, n’ayant pas à me poser en juge. Si des anarchistes ont commis ce que vous appelez des crimes, ce n’est pas à la bourgeoisie à les leur reprocher car elle s’est toujours montrée féroce pour nous. La violence entraîne la violence, la haine engendre et ne peut engendre que la haine. J’ai pour Emile Henry l’admiration qu’éprouve tout homme de cœur pour celui qui, non content d’avoir sacrifié une situation brillante pour ses idées, n’hésite pas aussi à lui donner sa vie" (cf. Les Temps Nouveaux, 8 août 1896). A l’issue de sa défense il avait ajouté : "Quel que soit votre verdict, je continuerai à propager mes idées, Vive l’Anarchie !" .

Lors de la manifestation du 1er mai c’est lui qui portait le drapeau noir lors du cortège anarchiste dispersé par la police sur la Grand Place. Le 25 juillet 1896 il fut condamné par la Cour du Brabant à 2 mois de prison et 50 fr. d’amende pour des articles «  provoquant à la désobéissance aux lois » parus dans L’Insurgé.

A l’été 1901, suite à un congrès tenu à Bruxelles, il avait été chargé de la publication d’un Bulletin interne dont le premier numéro spécimen serait paru le 1er juillet. IL demeurait alors 30 Chaussée Saint Pierre.
Vers cette même époque, suite à son exclusion de la Maison du peuple par les socialistes, il avait déclaré lors d’un meeting tenu à la salle de l’Eden avec Chapelier et Hardy : "..Je suis prêt, moi, à joindre l’action à la parole. Anarchie veut dire contre la société, contre l’autorité. J’accepte le nom anarchiste et j’en suis fier. Les socialistes préfèrent la tribune de la chambre, nous aimons mieux celle de la Cour d’assises".

Le 20 mars 1903 (ou 1904 ?), alors qu’il habitait Herstal et était l’éditeur de L’Insurgé, il fut soupçonné d’être l’auteur d’un attentat à l’explosif commis à Liège, avant d’être relaxé après quelques jours de prison.

Georges Thonar qui habitait alors 97 rue Laixheau à Herstal, était en 1904 le secrétaire du Comité fédéral de la Fédération amicale des anarchistes de Belgique aux cotés de J. Ledoux (trésorier) et de C. Mattard (trésorier adjoint). Il fut également avec H. Fuss-Amore le responsable du Bulletin de l’internationale libertaire (Herstal-Liège, 1906-07) et l’un des organisateurs au nom du Groupe communiste libertaire (GCL) – fondé le 25 juillet 1905 - du Congrès anarchiste d’Amsterdam (24-31 août 1907) où il fut délégué et le rapporteur de la commission sur Anarchisme et organisation.

En 1908 il était membre de la rédaction et l’imprimeur de L’Avant-garde (Liège, au moins 7 numéros à partir du 1er novembre), organe de la Concentration révolutionnaire. L’année suivante il était le secrétaire de la section bruxelloise de la Fédération révolutionnaire et résidait alors 281 rue de Merode à Bruxelles.

Georges Thonar est décédé en Gironde au début décembre 1918.

Outre les titres cités ci-dessus G. Thonar avait collaboré à un grand nombre de titres de la presse libertaire dont LAn-archiste (Ixelles, 1898-99), La Bataille (Namur, 1895-1902), L’Aube nouvelle (Alès, 1900-01).

Œuvre : - Ce que veulent les anarchistes (Paris, Bibliothèque de propagande anarchiste, 1922, 16 p.).

P.S. :

Sources : CAC Fontainebleau 1994 0494 art.62// Dossier belge n°4310// Notes D. Dupuy// R. Bianco "Un siècle de presse anarchiste...", op. cit.// Les Temps Nouveaux, années 1896, 1901 // Arch. ville de Bruxelles POL 209 //


Dans la même rubrique

0 | 5

THEVENET, Pierre, Edouard, Emile, Alphonse
le 7 octobre 2018
par R.D.
THOMAS, Amédée, Alexandre
le 3 août 2018
par R.D.
THABAUT
le 9 mars 2018
par R.D.
TESSIER, Blaise
le 12 octobre 2017
par R.D.
TEYSSIER, Clément
le 27 mai 2017
par R.D.
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10