Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BIGNASCI Jules [Giulio]
Né le 2 novembre 1884 à Isone (Tessin) — mort le 30 août 1978 — Peintre en bâtiment — FUOSR — Lausanne & La Chaux-de-Fonds (Suisse) — Doubs — Aisne — Paris
Article mis en ligne le 15 janvier 2013
dernière modification le 15 juillet 2024

par ps

Travaillant d’abord à Lausanne, dont il était parti fin août 1909, Jules Bignasci (parfois orthographé Binasci), fils de Giuseppe et de Clara Russi, était ensuite allé à La Chaux-de-Fonds (Neuchâtel) où il intégra aussitôt le graoupe anarchiste et où il fut un actif militant de la Fédération des unions ouvrières de Suisse romande (FUOSR) et ardent propagandiste antimilitariste et fiché comme tel en janvier 1910.

En 1911 il résidait à Morteau (Doubs) et se rendait fréquement à La Chaux de Fonds où il était hébergé chez le compagnon Kneuss.

En septembre 1914 il fut condamné par le tribunal militaire de Morat (Fribourg) à 12 mois de prison pour « insultes à l’armée » près de la frontière française ; le socialiste Paul Graber qui était présent le jour de son arrestation et avait tenté de le soustraite à l’autorité, avait été condamné à un mois. Par arrêté du 4 décembre 1914 Bignasci fut expulsé du canton de Neuchâtel et se réfugia alors chez le compagnon Auguste Philippin à Yverdon (Vaud).

En 1917 il fut arrêté à La Chaux-de-Fonds. En 1918 il fut le signataire d’une lettre lancée par Le réveil protestant contre le décret fédéral autorisant les cantons à occuper de force les réfractaires et déserteurs étrangers à des travaux d’utilité publique. Cette lettre reçut l’adhésion de 17 groupes d’anarchistes en Suisse : ceux de Genève proposèrent de demander l’asile au gouvernement soviétique.

En décembre 1922 la police française signalait qu’il avait quitté récemment la Suisse pour se fixer à Saint Gobain (Aisne) et pour y travailler de son métier. En août il avait quitté subitement la ville de La Fère (Aisne) où il travaillait dans la même entreprise que le compagnon Vittrio Cernuschi, à destination de Besançon et sans doute selon la police « pour renter en Suisse ». Fin juillet des tracts anarchistes imprimés en Suisse avaient été retrouvés dans les rues de La Fère et des locallités avoisinantes ce qui avait entraîné l’arrestation le 24 juillet de Bignasci et de Cernuschi puis l’expulsion de Cernuschi le 24 août.

A partir d’août 1923 Bignasci résidait à Paris, Hôtel de la Veilleuse, 4 rue de Belleville et travaillait pour une entreprise de travaux publics. Sa compagne et sa fille âgée de 5 ans (née à La Chaux de Fonds le 30 octobre 1919) étaient restées à La Chaux de Fonds, 114 rue Léopold Robert.

En 1929 ou 1930, il se trouvait en France à Vitry-sur-Seine avec sa compagne où ils résidaient depuis mars au 3 rue du Chateau, d’où il écrivit à Carlo Vanza pour lui demander des informations sur le le périodique Vogliamo que ce dernier publiait à Biasca. En septembre 1932 la police signalait qu’il avait souscrit à Vitry un abonnement ai journal Le Réveil.

Il résidait toujours à Vitry au début des années 1950.

Jules Bignasci est décédé à Villers le Lac (Doubs) le 30 août 1978.


Dans la même rubrique

BLAZQUEZ
le 15 avril 2024
par R.D.
BLAYA, José
le 10 mars 2024
par R.D.
BLAZQUEZ PASCUAL, Francisco
le 10 mars 2024
par R.D.
BLAZQUEZ PASCUAL, Carlos
le 10 mars 2024
par R.D.
BLASCO, Eusebio « JACQUES »
le 21 février 2024
par R.D.