logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
FAYOLLE, Maurice, César, François
Né le 8 mars 1909 à Paris - mort le 30 septembre 1970 - Electricien - UA – FA – ORA – Amiens (Somme) - Versailles (Yvelines)
Article mis en ligne le 27 juillet 2012
dernière modification le 22 janvier 2016

par R.D.
logo imprimer

Maurice Fatolle avait commencé à militer dans les années 1930 au groupe de l’Union anarchiste (UA) d’Amiens où vers 1934 il avait découvert l’anarchisme à la bibliothèque de l’Union coopérative fondée au début des années 1900 par des libertaires. Il collaborait alors à la rubrique "Réflexe du passant" du Libertaire.

Après la guerre il s’installa à Versailles et adhéra à la Fédération anarchiste où il fut notamment secrétaire aux relations intérieures puis secrétaire aux relations extérieures. Militant communiste libertaire, mais en désaccord avec Georges Fontenis qui avait pris le contrôle de la FA devenue Fédération communiste libertiare (FCL), il rompait avec cette organisation et participait en décembre 1953 à la fondation autour notamment de Maurice Joyeux d’une nouvelle Fédération anarchiste, lors du congrès tenu du 25 au 27 décembre salle de la rue Marcadet à Paris où il était le délégué du groupe de Versailles.

Membre de l’Association pour l’étude et la diffusion des philosophies rationalistes (AEDPR) mise en place pour gérer l’ensemble du patrimoine de la FA, il collabora égalemet très activement au Monde libertaire. Délégué à la plupart des congrès, il y développa toujours la thèse de l’anarchisme ouvrier et organisé. Dès le congrès de Vichy en mai 1956 il appela à une modification des structures afin de « créer une organisation anarchiste sur des bases sérieuses et solides, ne rassemblant que des hommes résolus à s’évader des paroles stériles, adoptant librement et lucidement les risques et les sacrifices qu’implique toute organisation ». En 1965, ses théses et textes furent publiés sous le titre Réflexions sur l’anarchisme.

Après la congrès de Bordeaux en mai 1967 et les affrontements entre les divers courants de l’organisation (synthésiste, communiste libertaire, crypto sutuationnistes), un groupe de jeunes militants – dont Gui Malouvier, Michel Cavallier, Ramon Finster, Daniel Florac - , vinrent le trouver et lui proposèrent de structurer une organisation révolutionnaire anarchiste ce que Fayolle accepta. En juin 1967, dans les colonnes de l’hebdomadaire Espoir (Toulouse) il publiait une série d’articles intitulés La crise du mouvement anarchiste français (18, 25 juin, 2 et 9 juillet 1967) et dès septembre 1967 il rédigea un projet de structure organisationnelle qui allait devenir le contrat d’adhésion à l’ORA et écrivait dans le bulletin intérieur de la FA qu’il lutterait en son sein « dans un but très clair…de laisser la champ libre à une future organisation anarchiste et à un journal de propagande d’expression révolutionnaire  » (cf. BI, septembre 1967). La nouvelle tendance se structura autour du bulletin L’Organisation libertaire (Marseille) dont il rédigea l’éditorial du premier numéro (janvier 1968).

Lors du congrès tenu par la FA à Marseille en novembre 1968, après les évènements de mai où l’ORA étai intervenue sous son propre sigle et après le congrès international de Carrare où l’ORA s’était vu confier le secrétariat de l’Internationale des fédérations anarchistes (IFA), l’ORA fut accusée de fractionnisme, ses délégués quittèrent le congrès et ses militants furent démis des fonctions qu’ils exerçaient au sein de la FA.

A partir du printemps 1969, il collabora notamment à l’hebdomadaire Espoir (Toulouse) qui avait ouvert ses colonnes aux militants de l’ORA.

Il fut délégué du groupe de Versailles à la Rencontre nationale de l’ORA tenue les 29-30 mars 1970 au local de la CNT espagnole rue Sainte Marthe. A cette rencontre préparatoire à la constitution de l’ORA en tant qu’organisation autonome, à laquelle avaient participé 42 délégués représentant 14 groupes, il avait été nommé au Collectif National provisoire dont les autres membres étaient Pierre Comte, Jean Luc Redlinski, Michel Cavallier, Guy Malouvier, Solange Nuñez et Patrice Duquesnne. A l’issue de cette rencontre il écrivait : « …Pendant une journée et demie, plusieurs dizaines de camarades, presque tous jeunes, venus de diverses régions de France et qui, pour la plupart, se rencontraient pour la première fois, ont fait la démonstration éclatante d’une maturité politique et d’un sens des responsabilités qui arguent bien pour la suite du regroupement de tous ceux qui, en ce pays, se situent sur la ligne idéologique de l’anarchisme révolutionnaire. Je suis maintenant convaincu que l’ORA sera, demain, l’organisation de ce pays – comme l’avaient été l’UA avant la guerre et la première FA d’après la libération – et, pour avoir été l’un de ceux qui ont contribué à la création de la deuxième FA, on peut me croire lorsque je dis combien je regrette que cette dernière n’ait pas pu, ou pas voulu, faire l’effort pour se sortir des ornières où elle s’était enlisée dès le départ » (cf : BI-ORA, n°2).

Gravement malade et après être reparti en cure en mai 1970 pour soigner son cancer. Maurice Fayolle décédait à l’hôpital de Versailles le 30 septembre 1970.

Oeuvre : - Réflexions sur l’anarchisme ; - Actualité de l’anarchisme ; - La démocratie libertaire ou démocratie directe.

P.S. :

Sources : Documents internes de l’ORA //Notes de G. Davranche// R. Biard « Histoire du mouvement anarchiste en France, 1945-1973 (Ed. Galilée, 1975// APpo BA 2330 à 2333 , rapports sur le mouvement anarchiste, 1945-1969//Notes D. Dupuy// Espoir, Toulouse, 15 novembre 1970 (Communiqué du CN de l’ORA) // Tierra y libertad, Mexico, Février 1971// Front Libertaire, n°2, novembre 1970 (nécro.) //


Dans la même rubrique

Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10