logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
CHAUVIN, Auguste "Le Parisien"
Né à Villedieu (Vaucluse) le 25 juillet 1859 - Ouvrier cordonnier - CGT - Marseille (Bouches-du-Rhône) & Toulon (Var)
Article mis en ligne le 11 janvier 2007
Dernière modification le 22 mars 2017

par R.D., René Bianco

Auguste Chauvin semble s’être installé vers 1880 à Marseille où il demeurait 1 rue Triperie et « où il travaillait en chambre ». Les différents rapports de police le signalaient tous comme « un très bon ouvrier du point de vue professionnel » mais tous s’accordaient également à le qualifier « d’anarchiste dangereux ».

Auguste Chauvin allait être l’une des figures dominantes du mouvement libertaire local dans les années 1884-1887, au cours desquelles il organisait la plupart des réunions. Il prit une grande part aux manifestations de chômeurs en 1884, année où il était le trésorier de L’Affamé journal anarchiste communiste (Marseille, n°1, 15 mai à n°6, 27 juillet 1884) auquel collaboraient entre autres Louis Bouisson, Etienne Bellot, Justin Mazade, Alphonse Montant, Joseph Torrens et Prosper Ferrero. Après la disparition de cet organe, c’est Chauvin qui recevait tous les quinze jours par paquets de 100 Le Révolté de Genève qui était interdit. En 1885 il collaborait aux deux numéros (mai et juin) de Le Droit Social publié à Marseille et dont le gérant était Alphonse Lauze.

En 1886 il était cordonnier à Toulon où il était l’un des fondateurs de l’Union des Chambres syndicales ouvrières du Var. Il participait à Marseille à la manifestation du 1er mai 1890 et à celle du 1er mai 1892 où il fut arrêté avec Riemer, sa compagne, François Lambert, André Michel et Alexandre Dodero pour avoir affiché "des placards séditieux" ; inculpés pour "association de malfaiteurs", tous, à l’exception de Dodero expulsé, bénéficièrent d’un non-lieu. En 1892 il demeurait 11 rue Pradel et son nom figurait sur un carnet d’adresses saisi en mai lors d’une perquisition chez Sébastien Faure à Marseille. A l’automne 1893 il avait été chargé par Riemer, emprisonné à Marseille, d’organiser une collecte en sa faveur.

En 1894 il était actif au groupe Les révolutionnaires du centre puis quittait les Bouches-du-Rhône et de 1895 à 1911 allait être le secrétaire du syndicat des ouvriers cordonniers de Toulon et de 1905 à 1907 l’administrateur de la Bourse du Travail.

En 1930 il résidait rue Emile Duclaux, mais n’appartenait plus à aucun groupe.


Dans la même rubrique

0 | 5

CHAUBET, Jean, Marcel
le 11 mai 2020
par R.D.
CHATIN, Emilien, Raymond
le 11 mai 2020
par R.D.
CHAVEZ , Tomasa
le 8 janvier 2020
par R.D.
CHAMBON, Joseph, Aimé
le 8 janvier 2020
par R.D.
CHAFLAJO, Manuela
le 8 janvier 2020
par R.D.