Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DERBAULT, Adhéric [DUBORD, Adolphe dit]
Né entre 1875 et 1880 à Saint-Cyr-les-Colons (Yonne) – tué en 1917 (?) - Yonne
Article mis en ligne le 19 décembre 2011
dernière modification le 6 mai 2024

par R.D.

Adolphe Dubord dit Adheric Derbault exploitait la ferme de Sainte-Hélène à Irancy (Yonne). Avant la Première Guerre mondiale, il collabora au Pioupiou de l’Yonne. et était membre des Jeunesses syndicalistes de l’Yonne. Anarchiste propagandiste du département de l’Yonne, il fut le fondateur et gérant du journal Terre et Liberté (Saint Cyr les Colons), organe régional bimensuel de propagande révolutionnaire, dont le n° 1, 1er juin 1905 était autographié ; les n° 2 et suivants furent imprimés sur les presses de l’imprimerie ouvrière à Oyonnax. A la suite de la publication dans le n°8 (15 octobre 1905) d’un placard antimilitariste, la publication qui diffusait au moins 1.400 exemplaires (cf.n°11) avait été poursuivie et se heurtait assez vite à des difficultés. Le n° 14 et dernier (15 février-1er mars 1906) était autographié (cote de la Bibl. Nat. Jo. 90 511) et relatait ses difficultés : « …Nous avons frappé aux portes de tous les imprimeurs, et, malgré les garanties d’une paiement à l’avance, pas un ne veut se hasarder à l’impression d’une feuille anarchiste ou alors à des conditions exorbitantes ». La publication du journal, avait été décidée lors d’un congrès tenu à Laroche.

Au printemps 1906, suite aux poursuites engagées contre les femmes signataires de l’affiche Aux Conscrits, sa femme Léontine Derbault et quelques femmes de l’Yonne avaient pris l’initiative de signer à leur tour et de demander à être poursuivies.

Mobilisé à la déclaration de guerre et envoyé à Lunel (Hérault), il déserta et revint à son domicile mais, ayant été dénoncé, il fut condamné à trois ans de travaux publics et envoyé en Algérie. Ayant bénéficié d’une suspension de peine, il était sur le chemin du retour en France lorsqu’un soldat de l’escorte qui l’accompagnait le tua d’un coup de fusil dans le dos. En dépit des démarches de La Ligue des Droits de l’Homme auprès de l’autorité militaire, les circonstances de ce meurtre ne furent jamais éclaircies.


Dans la même rubrique

DE ROY, Jean Baptiste
le 28 février 2024
par R.D.
DEPUYD, François
le 16 février 2024
par R.D.
DERONCQ
le 17 janvier 2024
par R.D.
DERBRESSE, Gérard
le 17 janvier 2024
par R.D.
DEROY, Guillaume, François « PLUMEAU »
le 3 janvier 2024
par R.D. ,
Dominique Petit