logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
CHAMBON, Jean, Louis
Né le 3 mars 1879 à Gouise (Allier) - mort le 6 mai 1915 - Journalier agricole et apiculteur - Allier
Article mis en ligne le 4 janvier 2007
Dernière modification le 1er février 2012

par R.D.

.

Jean-Louis Chambon

Journalier agricole et apiculteur dans l’Allier, Louis Chambon était un militant syndicaliste, adhérent de la fédération des travailleurs de la terre du Bourbonnais, fondée en 1905 par Michel Bernard et autonome de la CGT. De tendance anarcho-syndicaliste, Chambon fut, avec Antoine Dumont, l’un des militants les plus favorables à l’adhésion de la fédération à la CGT. La proposition qu’il fit en ce sens fut toutefois repoussée à son 8e congrès, le 9 octobre 1908, notamment parceque les membres du syndicat agricole ne voulaient pas être "dilués" dans le syndicat ouvrier, mais aussi parceque, lors d’une manifestation dans la région de la CGT contre l’augmentation des denrées alimentaires, des paysannes vendant leurs produits sur le marché avaient été prises à partie et désignées comme responsables, une action qui avait choqué le monde rural.

En 1909 Chambon projetait la création d’une communauté libertaire que confirmait Antoine Dumont dans une lettre du 14 juillet à Emile Guillaumin : "Chambon m’a demandé si je voulais l’aider dans l’essai d’une colonie communiste. Je lui ai promis mon concours dans un délai d’un an ou deux afin de gagner quelques argents pour aider l’organisation".

Dans le journal Le travailleur rural (n°19, septembre 1910), sous le titre "Réflexion sur les élections", il écrivait : "Enfin ! La foire électorale est terminée, tous les montreurs de baraques politiques : conservateurs, libéraux, radicaux, radicaux socialistes, socialistes indépendants, socialistes unifiés, ont plié bagages et sont allés s’installer au Palais Bourbon où ils vont toucher religieusement les quinze mille balles que le peuple doit suer sous forme d’impôts".

Louis Chambon est mort le 6 mai 1915 des suites de blessures reçues au front.

René Laplanche