logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BOURDON, Jean-Marie
Né le 26 septembre 1856 à Bourg (Ain) - serrurier - Lyon (Rhône) - Suisse
Article mis en ligne le 16 août 2010
dernière modification le 5 mars 2018

par R.D.
logo imprimer

Jean-Marie Bourdon, serrurier célibataire qui demeurait , 150, avenue de Saxe, à Lyon, était membre de la fédération révolutionnaire de la région de l’Est qui, en mars 1881 — c’est-à-dire quelques semaines avant la tenue à Paris du congrès régional du Centre qui, dans le Parti ouvrier, marqua la scission entre socialistes et anarchistes —, groupait la plupart des anarchistes de la région de l’Est.

En septembre 1882, (n°8) il remplaça A. Cyvoct comme gérant de l’hebdomadaire anarchiste L’Étendard révolutionnaire (13 numéros du 30 juillet au 15 octobre 1882) qui avait succédé au Droit social, premier journal anarchiste lyonnais. Bourdon fut condamné, à ce titre mais par défaut, le 6 décembre 1882, par la cour d’assises du Rhône, à un an de prison et 3 000 f d’amende. Le journal avait en effet publié un manifeste intitulé : Les Ouvriers de la septième compagnie d’artillerie de Lyon à leurs frères de l’armée. Ce manifeste, oeuvre de quelques militaires lyonnais gagnés à l’anarchie, avait été imprimé à Marseille à quelques exemplaires dont l’un était parvenu au journal qui l’inséra dans ses colonnes.

Pour échapper aux arrestations d’anarchistes opérées par la police à la suite des violentes manifestations d’août 1882 des mineurs de Montceau-les-Mines et des attentats à la bombe perpétrés à Lyon en octobre 1882, Bourdon s’était réfugié en Suisse le 17 octobre.

Impliqué dans le procès, dit Procès des 66, qui s’ouvrit à Lyon, devant le tribunal correctionnel, le 8 janvier 1883, il fut classé dans la deuxième catégorie des prévenus (Voir Bordat Toussaint) ; le tribunal le condamna par défaut, le 19 janvier 1883, à cinq ans de prison, 2 000 francs d’amende et cinq ans de privation des droits civils. Fin juillet 1884, le tribunal correctionnel de Lyon avait réduit la peine à 8 mois de prison.

P.S. :

Sources : Arch. Dép. Rhône, 4 M 2 et 4 M 3. — Le Procès des anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883. — M. Massard, Histoire du mouvement anarchiste à Lyon, 1880-1894, DES, Lyon 1954 = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier…op. cit. // R. Bianco « un siècle de presse anarchiste… », op. cit.// La Défense des travailleurs, Reims, 3 août 1884 // AD Rhône 4M307 //


Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10