logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
URBAN, Philippe, Jacques
Né le 12 mai 1896 à Karlsruhe (Bade) - Menuisier - Strasbourg (Bas-Rhin) – Barcelone (Catalogne) - Nîmes (Gard)
Article mis en ligne le 1er mai 2010
Dernière modification le 16 mai 2018

par R.D.
Philippe Urban

Français par "réintégration", Philippe Urban (parfois orthographié Uhrbahn) résidait à Strasbourg. Lors de la première guerre mondiale, il fut arrêté le 31 juillet 1914, mobilisé dans l’armée allemande et fut fait prisonnier le 16 avril 1917.

Après la guerre il fit de nombreux déplacements entre la France et l’Allemagne. Le 19 août 1933 il fut condamné à Strasbourg à un mois de prison et 25fr. d’amende pour « coups et blessures », puis, le 17 décembre suivant, à quinze jours de prison à Dôle pour « vagabondage ».

En 1935 il était l’éditeur du journal libertaire Freie Erde (Strasbourg, numéro 1 en avril 1935) qui eut 4 numéros et était après Die Fackel (Strasbourg) publié avant guerre, le premier journal anarchiste publié en Alsace en langue allemande. Le 5 avril 1935 Urban fut arrêté sur le chantier du bâtiment où il travaillait et fut interrogé plusieurs heures ; nous ne savons pas si le numéro 2 prévu pour le 1er mai a été publié. Freie Erde était l’une des éditions régionales de Terre Libre (Nîmes) l’organe de la Fédération anarchiste de langue française.

A l’été 1936 il gagna l’Espagne et s’enrôla dans la Colonne Durruti où il fut responsable d’une centurie. Il fut blessé sur le front de Huesca début novembre 1936. En 1937 il figurait sur une liste intitulée « Menées terroristes » de la Sureté générale, liste répertoriant les « individus susceptibles de commetre un attentat contre le président de la République ».

Revenu en France après les affrontements de mai 1937 à Barcelone, il résida alors à Paris et à Nîmes où il était membre de l’Alliance libre des anarchistes de la région du Midi (ALARM) et était en relations avec Prudhommeaux et Voline. Il travaillait alors comme électricien.

En février 1938, lors d’un séjour à Bâle, il adressa à F. Brupbacher une lettre faisant part de son intention de publier pour toute la zone germanophone, un organe en langue allemande pouvant s’intituler Die herrschaftslose Gesellschaft (« La société sans domination ») ouvert à toutes les tendances de l’anarchisme. Ce journal pour lequel il espérait les collaborations de Voline, Schapiro et Rocker, n’est sans doute pas paru, faute de moyens.


Dans la même rubrique

0 | 5

USON ARA, Gregorio
le 5 février 2019
par R.D.
URBAN CARACHAU, Manuel
le 20 janvier 2019
par R.D.
URBAN, Joseph
le 21 mai 2018
par R.D.
ULRICH, Georges
le 25 novembre 2017
par R.D.
UCCELLI, Artemisio
le 24 février 2016
par ps