logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
REVERTER NOLLA, Juan
Né le 14 juillet 1901 à Alcanar-Amposta (Tarragone) – mort le 6 mars 1989 - Paysan - FAI – FIJL – CNT – Amposta (Catalogne) – Béziers (Hérault) - Cahors (Lot)
Article mis en ligne le 21 avril 2009
Dernière modification le 7 septembre 2014

par R.D.
Juan Reverter Nolla (vers 1925)

Militant de la CNT d’Amposta, Juan Reverter Nolla, lors de la dictature de Primo de Rivera, s’était exilé en France où, avec l’argent d’un héritage, il avait fondé la revue libertaire espagnole Prismas (Béziers, 1927-1928) dont parurent une vingtaine de numéros.

Rentré en Espagne avec la proclamation de la République, il participa en 1932 à un meeting à Cervera. Militant de la FAI il s’opposait à cette époque au courant trentiste. Il fut le directeur de l’organe El Explotado (Amposta, 1932-1933) et collabora à Solidardidad Obrera (1933) et à La Revista Blanca. En 1933 il fut le délégué d’Amposta lors des assemblées pleinières des syndicats et de la fédération des paysans. Il fut également emprisonné avec Juan Dominguez, à la prison de Pilatos de Tarragone, sans doute lors des mouvements révolutionnaires de l’hiver 1933. Toujours très solidaire, il aida de nombreux compagnons recherchés par les autorités et, notamment, cacha Juan Dominguez sur l’île de Buda à l’embouchure de l’Ebre.

Milicien au début de la guerre civile, il parricipa aux combats de Muniesa puis fut blessé à Belchite. Renvoyé à l’arrière il fut l’un des organisateurs de la collectivisation d’Amposta : membre du conseil municipal depuis novembre 1936 après la dissolution du Comité antifasciste, il rédigea les statuts de la collectivité paysanne dont il fut nommé secrétaire. Ces statuts établissaient que "toute personne faisant partie de la Collectivité générale, bénéficiait des mêmes droits et devoirs" avec "un salaire unique quelque soit la profession et versé intégralement en cas de maladie, ainsi que la gratuité des médicaments". Outre la production de riz, la Collectivité disposait d’un troupeau de 80 vaches laitières, d’une ferme avicole La Roja y negra de 2000 poules produisant plus de 3.000 œufs quotidiennement et divers ateliers de fabrication d’eau de javel, de plâtre et de réparations où purent travailler plusieurs centaines de réfugiés d’autres régions d’Espagne. Il fut également créé une monnaie locale ratifiée devant notaire, valable dans toute la province et déposée à une banque de Tarragone.

En février 1937 il participa avec Porté, Viadiu et Careño à une tournée de propagande de la Fédération paysanne de la CNT.

Exilé en France lors de la Retirada et interné au camp du Vernet d’Ariège, il s’installa ultérieurement à Cabassut et après la scission de la CNT fit partie de la tendance dite collaborationniste. Il milita ensuite à Cahors dont il fut à plusieurs reprises le délégué lors des congrès et assemblées et dans les années 1970 fut lié à la tendance éditant le journal Frente Libertario.

Juan Reverter Nolla est décédé à Cahors le 6 mars 1989.


Dans la même rubrique

0 | 5

RETES, Antonio
le 30 avril 2019
par R.D.
RESTELLI, Carlo
le 17 février 2019
par R.D.
REYNAUD, Colette
le 3 février 2019
par R.D.
REWESKI, Charles
le 7 décembre 2018
par R.D.
REUGE, Louis, Auguste
le 17 mai 2017
par R.D.