logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BOURGEOIS, Guy
Né en 1926 - mort en août 2004 - FA-FCL-UGAC-TAC - Mâcon (Saône-et-Loire)
Article mis en ligne le 4 décembre 2006
dernière modification le 15 novembre 2015

par R.D.
logo imprimer

En 1943 à Mâcon, Guy Bourgeois, lycéen de 17 ans, était l’un des responsables du groupe des Forces Unies de la Jeunesse (FUJ) un réseau de résistance qui, outre la réception de la presse clandestine, assurait entre le convoyage de déserteurs de la Wermacht, tchéques ou yougoslaves, entre Mâcon et Bourg-en-Bresse d’où ils étaient acheminés dans un maquis de l’Ain. Lors du démantèlement des FUJ, suite à une trahison, il avait échappé de peu à la milice puis avait rejoint un maquis en Saône-et-Loire.

A la libération il adhérait à la Fédération Anarchiste dont il allait animer le groupe de Mâcon et participait aux grandes luttes de l’époque (grèves de 1947, opposition à la guerre d’Indochine...)

En 1950 Guy Bourgeois était le secrétaire du groupe de Mâcon (5è région) de la Fédération Anarchiste. Lors du congrès tenu à Paris les 23-25 mai 1953 il avait été élu au comité national de la FA comme membre de la Commission des conflits avec Maurice Lavorel, Couderc et Yvon Bonnet. Guy Bourgeois était l’un des rédacteurs principaux du bulletin ronéoté Le libertaire : supplément local puis Libertaire de Mâcon dont une cinquantaine de numéros seront publiés entre janvier 1953 et mai 1958 et paraissant comme supplément au Libertaire hebdomadaire, organe de la FA puis de la FCL.

Guy Bourgeois

Très engagé dans l’aide aux déserteurs et réfractaires à la guerre d’Algérie et aux militants du Front de Libération Nationale (FLN) algérien, Guy Bourgeois, qui était également le secrétaire départemental de la Libre Pensée, avait mis sur pied un réseau de soutien à la "Willaya 3" (Rhône-Alpes) qui outre l’impression de propagande aidait au passage vers la Suisse de militants algériens et d’insoumis ou déserteurs français.

Ayant quitté la FCL en décembre 1955 « parcequ’elle nous paraissait présenter, à l’époque, toutes les déformations du stalinisme quant aux méthodes et au mécanisme de pensée » (Lettre à G. Fontenis, du 13 mai 1968) et ne voulant pas adhérer à la nouvelle Fédération Anarchiste, il participait à la fondation des Groupes Anarchiste d’Action Révolutionnaire (GAAR) qui en1960 prendront le nom dUnion des Groupes Anarchistes Communistes (UGAC) et dont il était en 1968 membre du Conseil de liaison.

Après les évènements de mai 1968, Guy Bourgeois a milité au regroupement appelé Tendance Anarchiste Communiste (TAC) issu de l’UGAC et dont faisaient entre autres partis sa compagne Micheline, Paul Denais, Odette Martin, Ginette et Bernard Cnockaert. Suite à une initiative de la TAC, une rencontre de communistes autogestionnaires réunissant libertaires et marxistes non léninistes, était organisée en juin 1979 et décidait de la publication d’un bulletin de liaison ronéoté Floreal (5 numéros entre juillet 1979 et 1981) dont G. Bourgeois était le responsable.

En février 1991, lors de la guerre du Golfe, il fut l’un des signataires (voir Denis Jean) du Manifeste « Guerre à la guerre » appelant à l’insoumission civile et militaire.

Président départemental de la Ligue des droits de l’Homme de 1997 à fin 2003, bon vivant, chaleureux, passionné de jazz, animateur pendant des années de plusieurs émissions sur une radio locale macônnaise Guy Bourgeois est décédé en août 2004.

Guy Bourgeois avait également collaboré à la revue Noir et Rouge (Paris, 1987).

P.S. :

Sources : Le Lien, 1950, 1953// G. Fontenis « L’autre communisme… », op. cit. // R. Bianco « Un siècle de presse anarchiste… », op. cit.// Alternative libertaire, n°141, juin 2005, nécro de G. Davranche (http://raforum.apinc.org/article.php3?id_article=3631) // Courant Alternatif, mars 1991.


Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10