Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BOTEY BADOSA, Francisco
Né à Premia de Mar (Barcelone) le 4 octobre 1912 — mort le 2 octobre 2000 — MLE — FA — CIRA — CNT — Catalogne & Marseille (Bouches-du-Rhône)
Article mis en ligne le 2 décembre 2006
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.
Francisco Botey

Militant des Jeunesses Libertaires (FIJL), Francisco Botey Badosa, qui s’était intéressé très tôt à la culture et à la littérature, fut dès septembre 1936 le représentant de la CNT au comité local de l’École nouvelle unifiéé et participé à son organe Butlleti local de l’Escola Nova unificada (Premia de Mar, au moins 5 numéros, du 26 septembre 1936 au 16 avril 1937). Il était en 1937 milicien dans la 14e Division sur le front d’Aragon et directeur de l’organe de la FIJL, Titan (Alcañiz, 1937-1938, au moins 15 numéros). Il collaborait à la même époque à l’organe de la CNT de Premia Alba Roja (Premia, au moins 8 numéros à partir du 2 janvier 1937) et fut par la suite rédacteur de Juventud Libre (Madrid, 1936-1939). En 1937 il échappa de peu à être exécuté par les communistes sur le front d’Aragon.

Exilé à la fin de la guerre civile d’abord à Toulouse puis à Marseille où il arrivait en août 1939, il entrait immédiatement en contact avec d’autres exilés espagnols à la vieille Bourse du Travail de la rue de l’Académie. Les compagnons espagnols se réunissaient alors “rue de Chateaudun au bar Chez vous… dont le patron Janot, homme cordial et sympathique… a toujours accepté de recevoir chez lui nos correspondances et, sans doute ému par notre indigence, refusa plus d’une fois le paiement des consommations… a fini ses jours en 1943 dans un camp d’extermination en Allemagne”.
A l’été 1941 il avait été arrêté et envoyé au 213e Groupe de travailleurs étrangers à Les Mées (Alpes-de-Haute-Provence) dont, vers le 21 août, il s’était évadé avec les compagnons Daniel Berbegal et Antonio Valero.

Avis de recherche (AD Alpes-de-Haute-Provence)

Cette même année 1941 il fit la connaissance du camarade italien Fioro del Conte qui le mit en rapport avec Tony Peduto de la fédération anarchiste locale ; c’est par l’intermédiaire de ce dernier que F. Botey adhérait au groupe anarchiste clandestin international animé par Jean-René Saulière dit André Arru et qui regroupait une douzaine de membres français (dont Étienne Chauvet), russes (dont Voline), italiens et espagnols (dont Jaime Mariano) et dont les activités consistaient à imprimer et diffuser du matériel de propagande ainsi qu’à fabriquer ou falsifier des papiers d’identité destinés aux personnes en danger et en particulier à des juifs traqués par les nazis. Le jour même de l’arrestation d’A. Arru et de E. Chauvet en août 1943, F. Botey échappait à l’arrestation et parvenait à prévenir les autres membres du groupe qui décidait alors de se dissoudre.

En mai 1945 F. Botey et sa compagne Paquita hébergèrent chez eix à La Treille (Bouches-du-Rhône), un peu plus de deux mois Voline à sa sortie de l’hôpital.Voline décédera d’épuisement peu après le 18 septembre à l’hôpital Laennec à Paris.

Tout en participant à la reconstruction du MLE, Francisco Botey militait à la Fédération Anarchiste de Marseille et était membre du premier comité de rédaction de Ruta en exil (numéro 1 en octobre 1944) dont il assura la parution des vingt premiers numéros avant le transfert du journal à Toulouse où il devint l’organe officiel de la Fédération ibérique des jeunesses libertaires (FIJL) en exil. A marseille F. Botey travailla notamment dans le bâtiment.

Dans les années 1960 il était le correspondant et le diffuseur en Provence du journal Tierra y libertad (Mexico, 1944-1988).

Francisco Botey qui continua toute sa vie à entretenir des relations avec notamment José Peirats et Germinal Gracia, a également participé à partir des années 1960 aux activités du Centre International de Recherches sur l’Anarchisme (CIRA) jusqu’à son décès survenu à Marseille le 2 octobre 2000. Il a été incinéré le 6 octobre au crématorium du cimetière Saunt-Pierre.


Dans la même rubrique

BORGHESI, Antonio « JAMBA »
le 17 juin 2024
par R.D.
BOULLANGER, Jules, Léon, Aristide
le 3 juin 2024
par R.D.
BOULANGER, Eugène, Oscar
le 24 mai 2024
par R.D.
BOURGAIN
le 22 avril 2024
par R.D.
BORGNIET, Joseph
le 5 avril 2024
par R.D.