logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BODIER, Louis
Né le 20 mars 1904 à Breteuil-sur-Iton (Eure) - chauffeur de taxi - UA - FA - Paris XVe - Levallois-Perret (Hauts de Seine)
Article mis en ligne le 30 novembre 2006
dernière modification le 13 février 2017

par Dominique Petit, R.D.
logo imprimer

Le 22 septembre 1936, Louis Bodier avait été interpellé dans le 15e arrondissement de Paris avec quatre autres militants anarchistes - Dimanche Marcel Edmond, Morgand Savinie, Escalas Marcel Louis, Amaites Roger Paul - alors qu’ils apposaient des affiches de l’Union anarchiste intitulées « Au secours du prolétariat d’Espagne ». Après vérifications, ils furent relâchés.

De 1935 à 1938, Louis Bodier demeura 1 impasse de l’Église dans le 15e, son domicile depuis 7 ans. Il militait alors au groupe libertaire du 15e arrondissement et recevait à son domicile les journaux et brochures édités par la Fédération de la Seine de l’Union anarchiste. Il était inscrit sur les listes électorales du 15e arrondissement.
Le 15 septembre 1938, il fut réformé n°2 à titre définitif.

A partir du 14 mars 1943, il logea 16 rue Mussard à Levallois-Perret et travaillait comme chauffeur dans un garage. Pendant l’occupation, Louis Bodier quitta son domicile de Levallois-Perret pour aller habiter à la Houssaye par Saint-André-de-l’Eure (Eure) et n’eut aucune action politique.

Militant du groupe de Levallois, Bodier était en 1946 membre de la Commission administrative de la Fédération Anarchiste.

Le 26 janvier 1947 il fut arrêté pour refus de circuler au cours de la manifestation commémorative organisée par la municipalité de Levallois-Perret, en l’honneur de Louise Michel, alors qu’il vendait Le Libertaire , organe de la Fédération anarchiste auquel il était abonné.

En novembre 1949, il se mit à son compte comme taxi.

En septembre 1950, il militait au groupe Durruti de Levallois-Perret et du 17e arrondissement qu’il représentait au Comité national de la Fédération anarchiste. Chaque dimanche, il diffusait le Libertaire sur le marché de Levallois-Perret en compagnie de Lucienne Roussel dite Lola. il était inscrit sur la liste des anarchistes de la Seine dont le domicile était soumis à vérification mensuelle.

Louis Bodier, qui était marié et père d’un fils, souffrait d’un lupus au visage qui le faisait souffrir physiquement et moralement.Retour ligne automatique

P.S. :

Sources : Arch. PPo. 1 W 767 = Notice de Dominique Petit in Maitron en ligne // Entre Nous, n°2, mai 1946//


Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10