logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
MILLA NAVARRO, Benito
Né à Villena (Alicante) le 6 septembre 1916 – mort le 22 septembre 1987 - Publiciste et éditeur - MLE – FIJL – CNT – Levant – Barcelone (Catalogne) – Paris – Montevideo (Uruguay) – Caracas (Venezuela)
Article mis en ligne le 9 septembre 2008
Dernière modification le 8 août 2016

par R.D.
Benito Milla et Antonio Tellez (Toulouse, 1945)

Benito Milla Navarro avait commencé à militer très jeune dans le mouvement libertaire du Pays valencien. Au début des années 1930 il partait pour Barcelone où il allait devenir un militant connu. Membre de la Fédération Ibérique des Jeunesses Libertaires (FIJL), il partit dès juillet 1936 comme milicien dans la Colonne Durruti où il participait à l’organisation des groupes de la FIJL dont il allait être le secrétaire jusqu’en 1937. En 1938 il retournait à Barcelone où il était chargé de la direction du journal Ruta l’organe des Jeunesses Libertaires. Il fut cette même année le délégué des groupes FIJL de la 121è Brigade au 2è congrès national tenu par la FIJL à Valence.

Exilé en France lors de la retirada, il fut interné dans divers camps avant de se fixer à Marseille où il se trouvait pendant l’Occupation et y participait à la réorganisation du mouvement.

A la Libération il participait à la réorganisation de la FIJL en exil dont il était élu secrétaire général à l’assemblée plénière d’avril 1945. Le mois suivant il participait au premier congrès tenu à Paris par le MLE-CNT en exil où il défendait les positions orthodoxes de l’anarchisme. Lors du 2è congrès de la FIJL (mars 1946), il démissionna de son poste de secrétaire et fut nommé secrétaire aux relations tout en assumant la direction de l’hebdomadaire Ruta (Toulouse, puis Paris). Les autres membres du CN-FIJL étaient alors Cristobal Parra (secrétaire général), Manuel Moya (secrétaire à la propagande), J. Villanueva (secrétaire de coordination) et Azucena Adell (secrétaire à l’administration).

Benito Milla Navarro (Paris, 1946)

A cette époque où de nombreux militants des jeunesses partaient en Espagne pour y participer à la lutte armée et à la restructuration du mouvement, il s’opposa fermement au sein du MLE à la reconnaissance par le mouvement du groupe armé Mouvement Libertaire de Résistance (MLR), animé notamment par J. Lluis Facerias et Liberto Sarrau, le considérant comme « porteur de germes autoritaires ».

Benito Milla et José Peirats (Toulouse, 1965)

En 1949 Benito Milla émigrait en Amérique latine. De 1951 à 1967 il allait résider à Montevideo où il allait fonder et diriger plusieurs revues (Cuadernos Internacionales - avec notamment Nicolas Sanchez Albornoz et Germinal Gracia -, Deslinde 1956-1961, Temas 1965-1967) et collaborer aux périodiques En Marcha et Accion. En 1958 il fondait la maison d’éditions Alfa qui allait éditer plus de 400 titres tant à Montevideo qu’en Argentine. En 1968 il émigrait au Venezuela où il fondait les éditions Monte Avila, puis en 1971 les éditions Tiempo Nuevo.

Revenu en Espagne en 1977 après la mort de Franco, il y devint un éditeur reconnu et fut nommé directeur à Barcelone des éditions Laia où il y favorisera l’édition de nombreux livres anarchistes.

Benito Milla Navarro est décédé à Barcelone le 22 septembre 1987.

Benito Milla avait collaboré à un très grand nombre de titres de la presse libertaire dont Acao Direta (Brésil), Cenit, Hora de poesia, Ruta (Espagne & France), Nueva Senda, Solidaridad Obrera (Paris), Tierra y Libertad (Mexico), Umbral, etc. Il collabora également au témoignage collectif Voces juveniles : interpretacion acrata de nuestra revolucion (Barcelona, Juventuides libertarias del Frente de Aragon, 1937).


Dans la même rubrique