logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DUBOIS-DESAULLE, Gaston
Né à Paris le 21 octobre 1873 - tué le 8 mai 1903 - Décorateur - Paris
Article mis en ligne le 10 août 2008
Dernière modification le 1er mars 2020

par R.D.

Encore adolescent Gaston Dubois Desaulle, après avoir été puni au collège, avait fugé et avait gagné Le Havre dans l’espoir d’être embauché comme mousse, ce qu’il ne put faire étant dépourvu de papiers d’identité.
Jeune homme, il fut employé dans une maison d’articles de voyages de l’Avenue de l’Opéra. A l’âge de 18 ans il tenta de s’engager dans l’infanterie de marine mais fut réformé pour myopie. Selon Marestan, ce n’est que vers le début des années 1890 que Dubois Desaulle, qui se définissait jusqu’alors comme "patriote" , se déclara "anarchiste" à la suite de la lecture de La Révolte et de L’En Dehors.
Demeurant chez sa grand mère à Neuilly, refusant le salariat et menant ue vie plus que frugale, il fréquentait avec Marestan la Bibliothèque Sainte Geneviève où "au crayon ou au couteau...il écrivit Vive l’anarchie ! sur bon nombre de volumes".

Ancien des Compagnies disciplinaires, Gaston Dubois-Desaulle, qui collabora à La Revue Libertaire (Paris, 5 numéros du 15 décembre 1893 au 20 février 1894) d’Henri Gauche, Henri Guérin et Charles Chatel, avait quitté Reims où il était de passage et logeait chez le compagnon Léveillé, à l’automne 1898 pour aller à Paris où il demeura 65 avenue Ledru Rollin. Il donna à cette époque diverses conférences notamment au groupe de L’Harmonie. Selon le rapport d’un indicateur c’était "un étudiant barbu à lorgnon et béret bizarre" qui voulait développer une intense propagande "contre les sévices militaires". Il fonda, le 26 décembre 1899, le groupe de Propagande antimilitariste de Paris, qui fut la première organisation antimilitariste anarchiste. Ce groupe, dont il était le secrétaire, publia trois placards : en février 1900 : Crimes militaires (assassinat du disciplinaire Grenier) ; en décembre 1900 : Assassins galonnés (assassinat du disciplinaire Laffond) et en janvier 1901 : Justice militaire (exécution à Madagascar des disciplinaires Jean et Brande). Dubois Desaulle donna également plusieurs conférences sud Biribi. Il résida principalement à Paris, Dijon et Reims et était un ami intime des compagnons Henri Dhorr et Leveillé.

Début avril 1900, il fut l’objet à Paris d’une perquisition au cours de laquelle la police avait saisi une centaine de papillons sur lesquels il était écrit : "L’armée est l’école du crime. Vive L’anarchie", "Le capital est le produit du travail volé et accumulé par les feignants. Vive l’Anarchie", "La propriété c’est le vol, Vive l’anarchie" et "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Vive l’Anarchie". Il fut soupçonné d’être l’auteur de ces étiquettes. Il était à cette époque l’un des responsables avec C. Papillon et Denechère de la bibliothèque libertaire de la rue Titon.

Dubois-Desaulle fut tué par un indigène danakil, en avril 1903, au cours d’un voyage en Abyssinie où il accompagnait un Américain, Mac Miller, venu en Afrique pour y chasser le fauve.

Dans Le Libertaire (12 juin, 3, 10 & 17 juillet, 1er & 15 août, 5 & 20 septembre 1903), Jean Marestan qui le connaissait depuis l’adolescence - Dubois Desaulle fréquentait l’atelier d’artiste rue d’Amsterdam de la mère de Marestan - évoque longuement ces années de jeunesse sous le titre "Gaston Dubois Desaulle, souvenirs intimes".

Oeuvres : - Sous la casaque, Paris, 1899, 361 p., Bibl. Nat. 8° R 14 638, relation du séjour que l’auteur fit aux compagnies de discipline. — Didier Harriel, ses faits et gestes recueillis et annotés (oeuvre plus ou moins autobiographique) Paris, 1909, in-16, 440 p., Bibl. Nat. 8° Y2/57 942 ; - Camisards ; - Peaux de lapin et cocos. .


Dans la même rubrique

0 | 5

DUBOIS, Jeanne
le 15 avril 2020
par R.D.
DUJARDIN, Jeanne
le 1er février 2020
par R.D. ,
Françoise Fontanelli Morel
DUBOVSKY, Rosa [née CHANOVSKY]
le 26 janvier 2020
par R.D.
DUJARDIN, Louis
le 2 juillet 2019
par R.D. ,
Michel Cordillot
DUESO ROS, Santiago
le 2 juillet 2019
par R.D.