Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BLANCO MARTINEZ, Joaquin
Né à Valladolid — tué le 8 janvier 1933 — Ouvrier polisseur — MLE — CNT — Barcelone (Catalogne)
Article mis en ligne le 28 novembre 2006
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Collaborateur du groupe d’action Los Solidarios, Joaquin Blanco Martinez servait de garde du corps permanent au secrétaire de la CNT, Angel Pestaña. Pendant la dictature de Primo de Rivera, Joaquin Blanco Martínez, militant du syndicat du métal, accusé d’être membre des groupes de défense confédéraux et d’avoir participé avec José Alcodori et José Claramonte Gomez en 1922 à un projet d’attentat contre Martinez Anido. En 1923, suite à l’assassinat d’un avocat collaborateur de la police, il avait été emprisonné et condamné, avec José Espunes Blachen septembre 1924 à 27 ans de prison.

En mars 1930 (ou 1928 ??), avec quatre autres compagnons, il s’évadait de la prison de Figueras et passait en France. Arrêté en gare de Perpignan il était emprisonné avec ses compagnons — dont Joaquin Pons Dilmer — pour “usage de faux et vagabondage”. Tous les cinq étaient finalement aquittés de cette accusation mais étaient transféré s à la prison de Montpellier où ils étaient sous la menace d’une extradition (affaire Pons-Blanco). En octobre 1930 les divers comités de soutien et la Ligue des droits de l’homme entamaient des démarches pour obliger le gouvernement à revenir sur la demande d’extradition. En novembre 1930, après l’extradition de J. Pons, il était toujours emprisonné à Montpellier. Il était finalement libéré en juin 1931 et extradé. La proclamation de la République lui permettait de retrouver la liberté. Avant son extradition, il avait écrit à René Ghislain et aux compagnons qui l’avaient soutenu, une lettre de remercieent se terminant par : “Je vous confesse avec orguei que la vie de prison ne m’a pas abattu, ni physiquement, ni moralement, mais bien plutôt qu’elle a fortifié mes muscles et renforcé doublement mes convictions libertaires.Me voici prêt à la lutte et c’est avec impétuosité et courage que je reprends le combat pour le triomphe du communisme lbertaire. Camarades, je me donne de corps et d’âme à la cause anarchiste” (cf. Le ibertaire, 5 juin 1936).

Joaquin Blanco Martinez fit partie du Comité révolutionnaire à l’origine de l’insurrection de janvier 1933. Il a été tué au siège du syndicat du métal de Barcelone le 8 janvier 1933 lors d’un affrontement ai cours de cette insurrection.

Selon certaines sources, il pourrait y avoir identité avec José Picon Martinez El Valladolid qui, en 1922 faisait partie à Barcelone du groupe d’action de José Battle Salvat et Riu.


Dans la même rubrique

BLAZQUEZ
le 15 avril 2024
par R.D.
BLAYA, José
le 10 mars 2024
par R.D.
BLAZQUEZ PASCUAL, Francisco
le 10 mars 2024
par R.D.
BLAZQUEZ PASCUAL, Carlos
le 10 mars 2024
par R.D.
BLASCO, Eusebio « JACQUES »
le 21 février 2024
par R.D.