logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GRAU CALDU, Miguel
Né à Calanda (Teruel) le 10 novembre 1913 - mort le 21 février 2011 - Ouvrier plâtrier ; viticulteur - MLE – CNT – Calanda (Aragon) – Barcera (Catalogne) – Montauban (Tarn-et-Garonne) – Fourques (Pyrénées Orientales)
Article mis en ligne le 5 octobre 2007
Dernière modification le 1er octobre 2016

par R.D.
Miguel Grau Caldu

Né dans une famille d’ouvriers agricoles, Miguel Grau Caldu était allé à l’école jusqu’à l’âge de 10 ans où il avait du aider ses parents aux travaux des champs puis était entré comme ouvrier dans une fabrique de briques. Adhérent au mouvement libertaire et à la CNT depuis l’âge de 18 ans, sa participation au mouvement insurrectionnel de décembre 1933 lui avait valu d’être emprisonné. En 1935 il s’était installé à Barcera (Tarragone) comme viticulteur. Après avoir participé à la lutte sur les barricades en juillet 1936, il s’était enrôlé comme milicien dans la Colonne Ortiz-Carod. Après la militarisation il fut soldat dans la 25ème Division où il refusa tout grade et participa aux combats à Quinto de Ebro, Monte Carnero, Cucalon, Belchite et Teruel. Puis il fut membre d’un groupe de dynamiteurs sur les fronts de la Segre et de l’Ebre.

Exilé en France lors de la retirada, il avait été interné aux camps du Vernet, de Saint Cyprien et de Septfonds. Envoyé dans une Compagnie de travailleurs étrangers dans le sud-est de la France (Miramas, Orange, Toulon), il parvenait à s’évader et trouvait un travail dans l’agriculture à Vingrau où il recontactait la CNT.

A la Libération il était à Perpignan et retrouvait en avril 1946 sa compagne Antonia Lisbona passée en France après sa remise en liberté conditionnelle en Espagne. Le couple s’installait à Montauban puis, à partir de 1950, à Fourques près de Perpignan. M. Grau, qui a participé à de nombreux congrès et plenums régionaux, a collaboré à l’hebdomadaire Cenit.

Il collabora après la mort de Franco à la revue anarchiste Orto (Barcelone). Au début des années 2000 il participait aux activités culturelles de l’Atreneo Louise Michel de Perpignan.

Miguel Grau est décédé à Fourques le 21 février 2011.

Œuvres : -Luchas, amor, esperanzas (Andorra, 1988) ; - Memorias completas, 1911-1991 (Barcelone, 1996) ; - El abuelo de los doces (poésies).


Dans la même rubrique

0 | 5

GRATZ, Ch.
le 2 février 2020
par R.D.
GRANDJON, Berthe [épouse GUIGLIA]
le 2 février 2020
par R.D. ,
Françoise Fontanelli Morel
GRAVIER, Victor
le 27 novembre 2019
par R.D.
GRAZIANI, Rino
le 5 août 2019
par R.D.
GRAFFIONI, Spartaco
le 5 août 2019
par R.D.