GOHIER, Urbain (DEGOULET, dit)

Né à Versailles (Seine-et-Oise), le 17 décembre 1862 - mort le 29 juin 1951 - Journaliste ; avocat - AIA - Paris
jeudi 16 juin 2016
par  R.D.
popularité : 4%

Orphelin de bonne heure, Urbain Degoulet fut recueilli et adopté par un nommé Gohier, dont il prit le nom. Après de brillantes études secondaires, il obtint une licence ès lettres et une licence en droit. Il se lança alors dans le journalisme et, en 1884, entra comme rédacteur parlementaire au journal Le Soleil.
Quand l’Aurore fut fondée, Gohier, appelé par Vaughan, en devint l’un des principaux collaborateurs. Partisan fougueux de Dreyfus, il comparut en cour d’assises pour son livre "l’Armée contre la Nation" ; il fut acquitté. Lorsque Clemenceau eut abandonné l’Aurore, Gohier continua sa campagne antimilitariste, mais le journal fut vendu et Gohier congédié.

En février 1903 il avait fondé une gazette hebdomadaire, Le Vieux Cordelier (Paris) qui n’eut que deux numéros (21 & 28 février), dont il était le principal rédacteur avec B. Guinaudeau et dont l’ensemble des articles étaient axés sur l’anticléricalisme, l’antimilitarisme et l’antiparlementarisme. A l’automne 1903, à l’enquête sur "la décadence de l’anarchisme" lancée par Jean Marestan dans les colonnes du Libertaire, il avait notamment répondu : " [l’anarchisme] a fait une besoggne précieuse jusqu’ici. Il pourrait en accomplir une plus vaste encore si les "militants" libertaires renonçaient au jargon philosophique, aux rivalités de boutique, aux conflits de vanités concurrentes et condescendaient à gagner la foule au lieu de l’étonner" (cf. Le Libertaire, 20 novembre 1903).

Dans l’Yonne, cette même année, il fut poursuivi avec Hervé et acquitté après plaidoirie de Briand. L’année suivante, il rédigeait à lui seul Le Cri de Paris. En décembre 1905, impliqué dans le procès intenté aux dirigeants de l’AIA (Association Internationale Antimilitariste) dont G. Yvetot pour l’Affiche Rouge, un appel lancé aux jeunes soldats, il fut condamné à un an de prison et 100 f d’amende et incarcéré à la Santé ; il collaborait alors au Libertaire.

En 1906, Gohier entra au Matin et l’année suivante à l’Intransigeant puis à La Libre Parole. Entre-temps, il s’était fait inscrire au barreau. Gohier fut violemment attaqué pour sa collaboration à ces journaux. Victor Méric prit ainsi sa défense : « ... Tenez pour certain qu’à la Libre Parole comme à l’Intransigeant, à droite ou à gauche, Gohier continuera inlassablement la même besogne et se trouvera, toujours pauvre, toujours désintéressé, du même côté de la barricade » (cf. Les Hommes du Jour, 6 mars 1909). Effectivement, pendant toute cette période, Gohier avait collaboré à un très grand nombre de titres de la presse libertaire francophone parmi lesquels : Almanach de la révolution pour… (Paris, 1901-1913) de Paul Delesalle, La Bataille (Namur, 1895-1902), La Brochure mensuelle, Le Cri de Révolte (Paris, 1898-1899) fondé par G. A. Bordes, L’Education Intégrale (1903-1904) de P. Robin, L’Education Libertaire (Paris, 1900-1902) revue des bibliothèques d’éducation libertaire, L’Effort (Paris, 1896-1898 & 1899-1902), L’Emancipation (Bruxelles, 1901-1902) de G. Thonar et E. Chapelier, L’En Dehors (Orléans, 1922-1939) d’E. Armand, L’Ennemi du Peuple (Paris, 1903-1904) d’E. Janvion, Germinal (Bruxelles, 1901-1902), Germinal (Toulouse, 1907-1908), Germinal (Amiens, 1919-1933) de Georges Bastien, Le Grand Soir (Arras, 1911-1914), L’Homme Libre (Paris, 1903-1904) de E. Girault, L’Ordre (Limoges, 1905-1907), Régénération (Paris, 1896-1908) organe de la Ligue de régénération humaine de Paul Robin, La Revue Blanche (Paris, 1891-1903), Les Semailles (Paris, 1901-1902) et La Tribune Libre (Charleroi, USA, 1896-1900). Toutefois sa collaboration au journal antisémite La Libre Parole et à d’autres périodiques de la même veine et dont il aurait été le directeur, lui vaudra une solide inimitié avec de nombreux compagnons dont Jean Grave, avec qui il avait eu une solide polémique à la fin des années 1890 — Grave l’accusait d’être un révolutionnaire de salon, largement rétribué par "L’Aurore — , et qui dans son roman "Les Malfaiteurs" (1903) avouera s’être "amusé à introduire Gohier sous le nom de Roguier (petite vengeance) et y raconter sa mauvaise foi" le présentant même comme un fou.

En 1923, lors du procès de Germaine Berton qui avait tué M. Plateau responsable des Camelots du roi, Gohier fut cité comme témoin par la défense de la jeune anarchiste.

En 1931, Gohier s’était retiré à Saint-Satur dans sa famille. Durant l’occupation allemande, il collabora à La France au travail. Urbain Gohier est mort à Saint-Satur (Cher) le 29 juin 1951.

OEUVRE : Nombreux ouvrages parmi lesquels nous rappelons L’Armée contre la nation, édition de 1899, Paris, XXXIII-364 p., Bibl. Nat. 8° Lb 57/12 232 A. – Plaisir des dieux.


Sources : État civil, Saint-Satur. — Les Temps Nouveaux, n° 36, 6 janvier 1906. — Les Hommes du Jour, 6 mars 1909. — L’Unique, 15 juin-31 juillet 1951. — Le Monde, 4 juillet 1951 = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier..., op. cit. // R. Bianco "Un siècle de presse…", op. cit. // Arc. Nat. 1994 0494 art54 L’homme libre // Le Libertaire, 20 novembre 1903 (réponse à l’enquête de Marestan sur "la décadence de l’anarchie") //

Iconogr. : Les Hommes du Jour, 6 mars 1909 (dessin).


Brèves

7 juillet - FONDS D’ARCHIVES COMMUNISTES LIBERTAIRES (Montreuil)

Quoi de neuf au Fonds d’archives communistes libertaires ?
Il y a six mois était inauguré le (...)

28 juin - LIBERTARIAS Femmes anarchistes espagnoles

Les éditions Nada ont le plaisir de vous annoncer la parution de Libertarias, femmes anarchistes (...)

16 juin - NOUVELLE PUBLICATION : Les mémoires de Manuel Sirvent Romero

Aux éditions CNT-RP
Manuel Sirvent Romero "Le cordonnier d’Alicante : mémoires d’un militant de (...)

6 juin - LA RÉVOLTE & son supplément littéraire

La Révolte (1887-1894) et son supplément littéraire mis en ligne sur le site Fragments de la (...)

3 août 2016 - 24 août 2016 HOMMAGE AUX COMPAGNONS ESPAGNOLS DE LA NUEVE (2è DB)

http://24-aout-1944.org/24-aout-1944-24-Aout-2016