logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GINESI, Umilio
Né à Vezzano Ligure le 8 décembre 1898 - Mécanicien ; maçon - Italie - La Seyne (Var)
Article mis en ligne le 7 août 2007
Dernière modification le 18 août 2015

par R.D.

Umilio Ginesi, après avoir abandonné ses études, avait commencé à travailler comme mécanicien et à fréquenter très tôt les milieux anarchistes. Appelé sous les drapeaux en 1918, il avait déserté le 13 mars et avait été condamné par le tribunal de guerre de Modène à trois ans d’incarcération. Relâché suite à l’amnistie de septembre 1919, il participait le 4 juin 1920 à l’assaut de la poudrière de Vallegrande. Arrêté en octobre avec son frère Enrico, et accusé d’avoir séquestré et malmené deux carabiniers en septembre, il était interné à la prison de Sarzana puis de Gênes. Après deux grèves de la faim, il était traduit devant la cour d’assises de Chiavari qui le condamnait le 23 juin 1921 pour l’attaque de Vallegrande à 8 ans et 9 mois d’incarcération et un an de surveillance spéciale pour « appartenance à bande armée et insurrection contre le pouvoir de l’Etat » ; ses coinculpés, Giuseppe Cozzani et Raimondo Giraffa, avaient été respectivement condamnés à 11 ans et 5 ans de détention.

Remis en liberté le 13 septembre 1925, Umilio Ginesi émigrait clandestinement en France et s’installait à La Seyne-sur-mer (Var) où il allait travailler comme maçon et continuer de militer. Dans les années 1930 il était, selon la police, un des dirigeants avec Ugo Boccardi du groupe anarchiste de La Seyne (Var) où il demeurait route de Balaguier. Le consulat fasciste de Marseille avait demandé son arrestation et son rapatriement en Italie. En 1933 il aurait participé aux attentats commis contre les intêrets fascistes en France et était lié à Francesco Barbieri. En décembre 1936, avec Luigi Fossu, Vasco Fontana et Adelmo Godani, il partait comme volontaire en Espagne et s’enrôlait dans une unité anarchiste jusqu’au début 1938 où il rentrait en France.

Après le déclenchement de la seconde guerre mondiale, il était interné au Fort Sainte Catherine, puis jusqu’au 17 juillet 1940 au camp du Vernet d’Ariège. Il était ensuite rapatrié en Italie et arrêté à Sanremo le 20 juillet. Emprisonné à La Spezia, il était ensuite interné à Ustica et Pisticci jusqu’à fin septembre 1943. On ignore ce qu’il est devenu par la suite.


Dans la même rubrique

0 | 5

GINO, Giovanni
le 7 avril 2018
par R.D. ,
Gianpiero Bottinelli
GIUDICE, Dante
le 13 mai 2017
par R.D.
GIRAUD, Benjamin, Pierre
le 12 mai 2017
par R.D.
GIORDANIENGO, Francesco
le 11 mai 2017
par R.D.
GIMENEZ, Antonio
le 26 avril 2017
par R.D.