logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GIALLUCA, Giuseppe
Né à Castellammare Adriatico (Pescara) le 19 mars 1901 – mort le 21 mai 1987 - Mécanicien ; forgeron ferrailleur - Pescara – La Ciotat (Bouches-du-Rhône) – Paris – Barcelone (Catalogne) – Nantes (Loire Atlantique)
Article mis en ligne le 23 juillet 2007
Dernière modification le 3 août 2014

par R.D.
Giuseppe Gialluca

Militant communiste et mécanicien aux chemins de fer, Giuseppe Gialluca avait participé à la grève générale d’août 1922, dernière tentative des travailleurs italiens pour barrer la route au fascisme. Licencié en 1923, il travaillait alors avec son frère Renato et l’ancien cheminot Antonio Colucci comme forgeron ferrailleur.

Au début de l’été 1928 il émigrait clandestinement en France et s’installait à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) où il se liait aux militants anarchistes Giulio Bacconi, Adarco Giannini, Dario Castellani, Fosca Corsinovi et Giovanni Dupuy et devenait lui-même anarchiste. Fin 1929 il partait pour Paris où il adhérait au groupe anarchiste publiant le journal Fede dont le directeur était Virgilio Gozzoli. A l’été 1931 il partait pour Barcelone où il participait à diverses manifestations puis rentrait en France où il allait travailler pour la Librairie Moderne de Paris. Objet d’un arrêté de « refoulement » en 1933, il était ensuite à Nantes. Début 1935 comme de nombreux autres réfugiés italiens, il était arrêté pour non respect du décret de refoulement. Il participait alors activement aux réunions d’anarchistes italiens à Paris pour organiser la lutte contre la politique d’immigration des autorités françaises et en faveur du droit d’asile. Il demeurait alors 12 rue Bichat à Paris Xème et figurait sur une liste d’anarchistes de la région parisienne.

Dès le début du soulèvement militaire franquiste, il partait pour l’Espagne et le 10 août s’enrôlait comme milicien dans la Colonne Tierra y Libertad et combattait à Talavera, Tolède, Madrid et Teruel. En août 1937 il rentrait en France avec Vincenzo Mazzone, Luigi Fracassi et Tomaso Serra. Arrêté à Perpignan il était condamné par le tribunal de Cerbères à 24 jours de prison pour « infraction au décret d’expulsion ». Début 1939 il se trouvait à Nantes.

Après la seconde guerre mondiale, Giuseppe Gialluca rentrait en Italie où il décédait à Pescara le 21 mai 1987.


Dans la même rubrique