logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GERMAN
Ouvrier maçon - Endoume (Bouches-du-Rhône)
Article mis en ligne le 19 juillet 2007
Dernière modification le 20 juillet 2007

par R.D., René Bianco

German, qui habitait Endoume, avait été le délégué des maçon au 5è congrès national corporatif tenu à Marseille en septembre 1892. Le 1er mai 1893, il était à la tête d’une manifestation de maçons. Le 28 janvier 1894 il prit la parole au meeting organisé salle Isnard pour protester contre le Tsar. Pour le 1er mai 1894 , il fut le signataire d’un manifeste intitulé Appel aux travailleurs invitant à se rassembler sur la colline de Notre Dame de la Garde afin de s’opposer à la récupération de cette journée de lutte : « Travailleurs, quelques névrosés de la politique se ralliant aix idées rétrogrades que la veille ils combattaient encore, ont cru que l’heure était venue de se réjouir le 1er mai ! A cet effet ils ont organisé une fête populaire avec illuminations dans l’enceinte de la Bourse du travail…Emus de cet état de choses, un grand nombre de syndicats ont décidé, pour que chaque travailleur puisse manifester, de donner un meeting monstre ce jour là, loin de la Bourse du travail…Ceux qui peinent véritablement de l’aube à la nuit, ont pensé et pensent avec raison, qu’il n’est pas séant de danser en face de la misère toujours croissante, et au lendemain des massacres de Fourmies….Tout pour les grands, rien pour le peuple ; voilà la devise de nos gouvernants. Eh bien ! Ouvriers de la plume, du marteau où de la pensée….nous vous convions au meeting qui aura lieu mardi 1er mai, à deux heures du soir sur la colline de Notre Dame de la Garde…. Travailleurs debout et sus aux exploiteurs ; guerre au capital ; guerre au gouvernement qui le protège et guerre à outrance. Vive le 1er mai ! Vive la Révolution Internationale et Sociale ! ». Tandis que, selon la police, 2 à 3.000 personnes se rassemblaient à la Bourse, les gendarmes notaient la présence de 6 à 700 personnes sur les hauteurs de Notre Dame de la Garde et dispersaient un groupe de 150 ouvriers qui s’était formé en bas de la colline.

Le 10 janvier 1897 il prit la parole avec Ferdinand Calazel, Jules Cheylan et Joseph Rebuffat au grand meeting organisé à Marseille par les anarchistes contre « L’inquisition en Espagne ». Lors de la grève des ouvriers huiliers en janvier 1901, German prit la parole avec Théodore Jean pour exhorter les ouvriers à poursuivre la lutte.
Jusqu’en 1905 il fut signalé à plusieurs reprises par la police pour sa participation aux réunion anarchistes et son activité syndicale.

Lors des réunions électorales d’avril 1904, il soutint, avec Théodore Jean les candidatures socialistes laïques contre Chanot.


Dans la même rubrique

0 | 5

GERMAIN, André (pseudonyme)
le 9 juin 2020
par R.D. ,
Marianne Enckell
GENESTET (ou GENESTE)
le 10 avril 2020
par R.D.
GENNARI, Guglielmo
le 12 septembre 2019
par R.D.
GENET, Félicie
le 9 septembre 2019
par R.D. ,
Dominique Petit
GELLNER (ou GELNER), Frantisek
le 9 septembre 2019
par R.D. ,
Marianne Enckell