logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GENET, Louis, Marie
Né à Nantua (Ain) le 14 avril 1845 - ouvrier tisseur - Vienne (Isère)
Article mis en ligne le 16 juillet 2007
dernière modification le 13 septembre 2018

par R.D.
logo imprimer

Louis Genet travaillait dans le textile de Vienne (Isère) quand il fut délégué au 2e congrès ouvrier de Lyon, en janvier 1878 (il semble qu’il aut été également présent au congrès tenu à Lyon en 1870) ; il y présenta un rapport sur les problèmes de l’industrie drapière où il se prononça fortement en faveur des candidatures ouvrières, et fit partie de la commission des résolutions. Dans les années qui suivirent, il adhéra à l’anarchisme très fortement implanté à Vienne grace à l’action de Pierre Martin le Bossu de Vienne, devenant, en 1882, l’un des principaux leaders du groupe Les Indignés, qui rassemblait une trentaine de militants. Bon orateur, il présida en mars 1882 une réunion en l’honneur de Fournier, ouvrier de Roanne (Loire) qui venait, au cours d’une grève, de tirer sur un patron, et lança une souscription pour lui offrir un revolver d’honneur. Lors des rafles d’anarchistes à l’automne 1882, il fut suspecté avec Henri Bougnol de fabrication d’explosifs. En janvier 1883, L. Genet, inculpé de la première catégorie, fut condamné à quinze mois de prison à l’issue du procès des anarchistes dit Procès des 66 (voir Toussaint Bordat) faisant suite aux émeutes de Montceau-les-Mines et aux attentats commis à Lyon à l’été 1882.

Début 1887, il demeurait 16 rue Mermet et figurait sur une liste d’anarchistes de Vienne où il était qualifié de "très influent".

Il participa à l’émeute du 1er mai 1890 aux côtés de Tennevin et de Louise Michel, ce qui lui valut d’être poursuivi le 8 août 1890 à Grenoble avec une vingtaine d’autres (voir P. Martin pour la liste des inculpés). Il fut acquitté par la cour d’assises qu ne condamna que ceux qu’elle considérait comme des "meneurs".

Par la suite, sans jamais jouer un rôle de premier plan, il continua sans relâche son action révolutionnaire, et, en 1907 encore, il était considéré comme l’un des antimilitaristes les plus dangereux de la région de Vienne.

P.S. :

Sources : Arch. Dép. Isère, 55 M I, 75 M I et 75 M 36. — J. Maitron, Histoire du Mouvement anarchiste, op. cit. = Notice de Y. Lequin in « Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier… », op. cit. // C. Reynaud Paligot "Une décennie parmi les anarchistes viennois, 1880-1890", op. cit. // Le Père Peinard, 17 août 1890 // Arc. Nat. F7/12504 // AD Rhône 4M306, 4M307 //


Dans la même rubrique

0 | 5

GENET, Louis
le 7 décembre 2018
par R.D.
GERNIGON, Julien
le 16 avril 2018
par R.D.
GENIN
le 23 janvier 2018
par R.D.
GELIN, François, Joseph, Auguste
le 18 mai 2017
par R.D.
GENDRE, Jules
le 18 janvier 2017
par R.D.
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10