logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GARAVINI, Nello
Né à Castel Bolognese le 28 janvier 1899 – mort le 14 février 1985 - Serveur ; libraire - UAI – FAI - USI - Castel Bolognese – Milan – Rio de Janeiro
Article mis en ligne le 30 juin 2007
Dernière modification le 13 novembre 2018

par R.D.
Nello Garavini

Nello Garavini, dont le père Pietro était un militant anarchiste très actif de Castel Bolognese, devint militant dès son adolescence, notamment au contact avec les compagnons qui se réunissaient dans l’auberge paternelle et à la lecture de nombreux journaux et livres anarchistes. Il fit son "baptême du feu" lors de la "semaine rouge" de juin 1914, lorsque les insurgés détruisirent notamment la gare de Castel Bolognese.

Il participa ensuite très activement aux luttes antimilitaristes contre l’entrée de l’Italie dans le conflit mondial. En 1916 il fut l’un des fondateurs du groupe de la Jeunesse Anarchiste et de la Bibliothèque libertaire de Castel Bolognese, avec entre autres, Giovanni Caglia, P. Mattioli, Pietro Costa, Giuseppe Santandrea, Bindo Lama, Giovanni Picciuti, A. Lolli, F. Dari, et D. Scardovi. Animateur de premier ordre, il organisa de nombreuses manifestations anti guerre et de diffusions clandestines de tracts et appels à la désertion dans les casernes dans toute la zone d’Emilie Romagne. Il organisa un réseau de soutien et d’aide aux déserteurs et noua des relations avec plusieurs d’entre eux dont Diego Domenico Guadagnini Romagnolo Ribelle, Tommaso Baroncini Chetone, Romeo Golinelli Ferruchio, Antonio Pattueli Franco, Domenico Pattueli Fringuel et Ernesto Grazioli Rustino. Grace à la relative aisance de ses parents, il disposait de beaucoup de temps libre lui permettant d’assurer les contacts avec les militants d’autres villes et en particulier à Imola. De tendance organisationnelle Malatestienne, il avait été surnommé Lenin par ses compagnons et avait noué des relations avec les principaux responsables du mouvement dont Luigi Fabbri, Aldo Venturini et Armando Borghi le secrétaire de l’Union Syndicale Italienne.
En juillet 1919 il participait activement aux manifestations contre la vie chère et fondait à la même époque la section locale de l’USI dont le secrétaire était Giovanni Penazzi. Parallèlement et secrètement, il s’occupait de la « préparation matérielle » de la révolution sociale, contactant militants et groupes de la région.

Il fut délégué du groupe de la jeunesse anarchiste de Castel Bolognese à de nombreux congrès tant régionaux —Cesena, 7 septembre 1919 ; Bologne, 14 septembre 1919 — que nationaux —Congrès de l’UAI à Bologne, 1-4 juillet 1920 et Ancone, 1-4 novembre 1921. En 1921 il fit la connaissance d’Emma Neri, une jeune institutrice qui allait devenir sa compagne pour toute la vie.

Lors de la montée du fascisme, il participa à plusieurs affrontements armés à Castel Bolognese et à Imola et fut à deux reprises durement agressé par des fascistes. Après une année passée sous les drapeaux en 1922, il s’’installa en 1924 à Milan pour échapper à la surveillance dont il était l’objet et où il continua de militer et devint l’ami de très nombreux militants dont Carlo Molaschi et sa compagne Maria Rossi.

Puis en 1926, peu avant l’entrée en vigueur des nouvelles lois fascistes, il émigrait au Brésil avec sa femme et sa fille Giordana née le 19 octobre 1924. Il s’installait à Rio, où il avait retrouvé son oncle Antonio Il Tigre et travaillait comme serveur à l’hôtel Gloria. Sa compagne, enseignait à la Société Dante Alighieri mais fut renvoyée au bout de quelques années à cause de son antifascisme. Il participait aux activités de la Ligue Anticléricale de José Oiticica tout en continuant à entretenir une abondante correspondance avec de nombreux militants dont Luigi et Luce Fabbri et E. Malatesta.

Avec son oncle Antonio, il montait en 1933 au centre de Rio la librairie La Minha Livraria qui, jusqu’en 1942 allait être le point de rencontre des militants et sympathisants brésiliens et émigrés de diverses tendances de la gauche. La librairie éditera également une dizaine de livres en portugais de Malatesta, M. Gorki, Oscar Wilde, Upton Sinclair, Romain Rolland, etc. Début 1946 il accueillait Luce Fabbri à Rio, mais au cours d’une visite dans la forêt contractait la malaria et passait très près de la mort.

En 1947 la famille Garavini rentrait définitivement en Italie à Castel Bolognese. Il adhérait à la Fédération Anarchiste Italienne (FAI) et participait à de nombreux congrès et conférences dont le Congrès international de Carrare (août 1968), la conférence de Rimini pour le centenaire de l’Internationale (1972), la conférence sur Bakounine à Venise (1976). En 1973 il finançait et impulsait l’ouverture de la Maison A. Borghi qui allait servir de local aux groupes anarchistes de Castel Bolognese. Dans les dernières années de sa vie, il rédigeait un œuvre autobiographique restée inédite Testimonianze. Nello Garavini est décédé à Castel Bolognese le 14 février 1985.


Dans la même rubrique

0 | 5

GANTCHEV, Nicolai
le 16 juillet 2020
par R.D.
GARAVINI, Giordana
le 25 avril 2018
par R.D.
GAMUNDI OLIVEROS, Fernando
le 27 juillet 2016
par ps
GAMBAU SANTOLARIA, Jesus
le 26 juillet 2016
par ps
GAMBACHIDZE, Vassili « Waso CHROCHELY »
le 4 avril 2016
par ps ,
Guillaume Davranche